Kate Middleton : enfin la vérité sur les rumeurs d’infidélité du prince William

La famille royale est sans arrêt au coeur de scandales, pour le plus grand plaisir de la presse people britannique. C’est donc toujours en suivant les moindres gestes des Windsor que les tabloïds anglais ont commencé à lancer la rumeur, au mois d’avril 2019 : le prince William aurait trompé Kate Middleton. Nicole Cliffe, journaliste pour Slate.com, avait affirmé que l’héritier du trône avait eu une liaison avec Rose Hanbury. La marquise de Cholmondeley est la voisine du couple princier, et notamment une amie proche de la duchesse de Cambridge. Selon la journaliste, Catherine Middleton aurait appris l’infidélité de son mari et aurait donc blacklisté Rose Hanbury, qui serait désormais bannie de l’entourage de la famille royale. Une éviction qui n’a pas manqué de faire réagir la presse britannique.

⋙ Vidéo - Kate Middleton : elle repousse un geste tendre du prince William en direct à la télévision !

Alors que la femme de William a été surnommée “Vaporizer-in-chief” (“Exterminatrice en chef”) pendant quelques temps, la chroniqueuse Angela Mollard a souhaité revenir sur cette polémique, rapporte Gala. Dans le podcast Royals, elle donne son avis sur la rumeur qui a secoué le palais de Kensington : “Je soupçonne qu'ils n'étaient que de bons amis et qu'ils s'entendaient bien [avec Rose Hanbury, ndlr.]. Je ne pense pas que William soit du genre à mettre son mariage ou la monarchie en danger.” Pour la journaliste royale, la courte durée de ce scandale prouve à elle seule le bien-fondé de son argumentaire. “Le fait que nous n'en avons pas entendu parler pendant le reste de l'année me fait penser que c'était totalement insignifiant”, justifie-t-elle. Angela Mollard affirme que le couple princier n’a été nullement affecté par les potins colportés par la presse, elle rappelle aussi, à juste titre, que cette histoire fut “le seul scandale au coeur de leur longue relation.” En effet, après presque 9 ans de mariage et 3 enfants, ils semblent toujours aussi soudés et complices. “Je pense

(...) Cliquez ici pour voir la suite