Kate et William volés par une célèbre chanteuse, ils répondent avec humour

Le 22 octobre 2019, le duc et la duchesse de Cambridge recevaient les finalistes des Teen Hero Awards au sein du Kensington Palace. Cette cérémonie récompense des adolescents âgés entre 12 et 17 ans impliqués dans leur communauté. Autre invitée de marque, Camila Cabello, célèbre chanteuse cubano-américaine, était aussi présente et a notamment pris la pose avec le prince William et de son épouse Kate. Un mois après cet événement, le 26 novembre 2019, l'interprète du tube Havana était l'invitée de Greg James, un animateur radio travaillant pour BBC Radio 1. Ce dernier, aussi présent à Kensington, a confessé une anecdote des plus étonnantes ! En effet, il a lancé un défi à la chanteuse : celui de voler un stylo. Mais pas n'importe lequel un stylo royal appartenant au duc ou à la duchesse ! Très joueuse, il était impossible pour elle de refuser. Elle accepte donc et réalise la mission.

>>> Kate Middleton et le prince William : bientôt un quatrième enfant ?

Camila Cabello explique à la radio que Greg James l'a finalement trahie et dénoncée à un membre du palais : "J'étais choquée et je me suis dit 'oh mon dieu'. Je l'ai ensuite mis dans le sac à main de ma mère" a-t-elle confié. Réprimandée, elle poursuit : "Ma mère m'a dit qu'il fallait qu'on le rende absolument. Je lui ai répondu 'Non, il (Greg James, ndlr) m'a lancé un défi alors j'ai volé ce stylo'. Je l'ai toujours d'ailleurs." Finalement, elle présente ses excuses à Kate ainsi qu'à William pour son terrible geste. Cette confession filmée a été largement partagée sur le compte Twitter de la radio. La séquence a attiré l'attention des principaux intéressés. Tout du moins du palais de Kensington. En effet, sous la vidéo, ce dernier a commenté un émoji représentant une paire d'yeux. Si l'on cherche encore le véritable sens de ce court message, on peut supposer, avec humour, que Camila Cabello avait été repérée par un membre du palais ou alors qu'elle allait être surveillée de très près la prochaine fois.

À lire aussi : Kate

(...) Cliquez ici pour voir la suite