Kendji Girac : tir volontaire, usage de stupéfiants… quelles sont les conclusions de l’enquête ?

Le chanteur Kendji Girac avait été hospitalisé fin avril pour une blessure par balle au thorax, affirmant dans un premier temps avoir voulu « simuler un suicide » face à sa compagne. L’affaire a été classée sans suite, ce lundi 24 juin.

Blessé par balle fin avril à Biscarrosse dans les Landes, Kendji Girac affirmait avoir voulu « simuler un suicide » après une dispute conjugale. Mais le chanteur a changé de version et la procédure a été classée sans suite, a annoncé le parquet lundi 24 juin.

Le chanteur « est revenu sur ses premières déclarations, indiquant qu'au vu de son alcoolisation et de sa prise de cocaïne, il n'avait pas conscience de ce qu'il faisait avec cette arme et qu'il n'avait pas voulu faire pression sur sa compagne », a détaillé dans un communiqué le procureur de la République à Mont-de-Marsan Olivier Janson.

Lire aussi >>  Kendji Girac : pourquoi cette affaire déchaîne-t-elle autant les passions ?

Tir volontaire confirmé

Sa compagne, également entendue, a indiqué « qu'elle ne s'estimait pas victime de violences psychologiques », a-t-il ajouté, concluant que l'infraction de violences à caractère psychologique, « insuffisamment caractérisée », avait donc fait l'objet d'un classement sans suite.

Dans ses premières déclarations, le vainqueur de l'édition 2014 de « The Voice » avait expliqué avoir eu très peur d'entendre sa compagne parler de départ et que dans un moment de panique, il avait voulu à son tour lui faire peur en simulant un suicide. « Il est établi que le tir a été provoqué volontairement par M. Girac lui-même », écrit le procureur de la République dans le communiqué que nous avons pu consulter. « L’enquête réalisée a permis...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi