Des "kids trop kikis" aux "punks de 70 ans", Hervé découvre enfin son public

·1 min de lecture

"Je serais incapable de dire qui est mon public." Réalisant son "rêve depuis des années", le chanteur Hervé était mardi soir en concert aux Vieilles Charrues. L'un des premières occasions pour lui de découvrir son public, après avoir été révélé au plus grand nombre via le clip de sa chanson Si bien du mal, publié fin mars 2020, à une époque où il faisait des crêpes dans la cuisine de son père, en Bretagne. Et s'il a toujours du mal aujourd'hui à dire qui l'écoute, c'est que son public est éclectique.

>> Vivez les Vieilles Charrues avec Émilie Mazoyer sur Europe 1 du 8 au 18 juillet

Au micro d'Emilie Mazoyer, Hervé explique à quoi ressemble les fans qui viennent lui parler dans la rue, dans le train ou après les concerts. "Ce qui est génial, c'est que ça va d'enfants qui viennent, trop kikis, avec des dessins en me disant "Les crêpes, les crêpes, les crêpes !", à des punks de 65 ou 70 ans, qui écoutaient les Clash et qui captent la musique que je fais et mes références", s'émerveille-t-il. "Donc il y a de tout. C'était vraiment un rêve pour moi de voir les kids comme les anciens aimer ma musique."

"Je ne voulais pas que ma musique soit un truc hyper élitiste à la con"

Parler à toutes les générations était d'ailleurs l'un des objectifs d'Hervé lorsqu'il a composé son album Hyper. "J'ai produit tout l'album dans ma chambre. Et, à ce moment-là, j'avais ce rêve d'intemporalité, de noblesse dans les instruments, d'avoir des sons un peu référencés, mais qui puisse éventuelleme...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles