Le knit graffiti : quand le tricot s'invite en ville

Valérie Josselin

Le mobilier urbain se couvre de tricot ! Le knit graffiti (ou yarn bombing) fait de plus en plus d'adaptes.

Il est de plus en plus fréquent de croiser des petits tricots entourant poteaux, bancs, troncs d’arbre, statues… Le yarn bombing (yarn signifiant laine), appelé aussi knit graffiti, est une pratique artistique mêlant tricot et graffiti. Tout commence en 2005, lorsque Magda Sayeg recouvre la poignée de la porte de sa mercerie à Houston, aux Etats-Unis. Le Royaume-Uni et l’Allemagne sont vite séduits. En France, il faudra attendre 2011 pour que Justine Falzone, une jeune photographe, se lance, de nuit, pendant le Festival d’Avignon : « Comme il suffisait d’un coup de ciseau pour enlever la laine, je n’ai pas culpabilisé ! », se souvient celle qui crée dans la foulée le Gang de la Wool. Aujourd’hui, tout le monde s’y met… avec l’autorisation de la mairie ! Cafés tricot, merceries, maisons culturelles, foyer des aînés… proposent de tricoter pour habiller du mobilier. Le knit graffiti ou l’art du vivre-ensemble ?

>A découvrir également : Comment tricoter une souris couvre-théière

...Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi