“Koh-Lanta” 2020 : Sam est-il avantagé par sa première participation à l’émission ?

Le programme a démarré en grande pompe le 21 février 2020. En effet, après seulement deux épisodes, deux candidats ont déjà provoqué des débats houleux sur internet : Inès, à l'origine du "scandale du bikini" et Ahmad, qui a inquiété les internautes en raison de sa peur de l'eau. Mais l'émission est également maculée de terribles drames. Dernièrement, la mort de Nicolas Roy, un ancien candidat décédé des suites d'un terrible cancer de la mâchoire, a profondément marqué Denis Brogniart. L'animateur s'était ému de la disparition de cet "aventurier charismatique (...) droit, drôle et attachant" et avait manifesté son soutien à sa femme et ses enfants sur Twitter. Et puis, cette candidate, qui avait accusé un candidat de l'avoir agressée sexuellement alors qu'elle dormait. Face à cette sordide histoire, l'édition 2018 de Koh Lanta avait été annulée. L'enquête est toujours en cours.

⋙ "Koh-Lanta" 2020 : toilettes, préservatifs, hygiène... Inès fait des révélations croustillantes sur les coulisses de l'émission

Sam et Pholien, deux des quatorze candidats anonymes de Koh-Lanta 2020 : l'île des héros, avaient dû quitter l'île au bout de 5 jours suite aux accusations de la plaignante. Outre le choc provoqué par les faits, les candidats étaient également déçus de devoir quitter l'aventure aussi rapidement. "C'était une énorme sensation d'inaccomplissement, d'inachevé, a confié Sam à nos confrères de Tele Loisirs. Il était, pour moi, inconcevable de ne pas me représenter pour une nouvelle saison. Quand la production m'a contacté pour cette édition, j'ai dis oui direct !". Et lorsque les journalistes interrogent le jeune homme de 20 ans sur l'avantage qu'il aurait sur les autres grâce à sa première participation, il est formel. "En cinq jours, ce n'est pas une aventure, lance-t-il. Je n'étais donc absolument pas avantagé par rapport aux autres aventuriers"

Des propos confirmés par Alexia Laroche-Joubert, productrice du programme, qui assure que "cela n’a eu aucune conséquence sur

(...) Cliquez ici pour voir la suite