L'édito de ELLE : Pour nos soeurs

©John Russo

L'édito de la semaine.

Cette semaine, “ELLE” ouvre ses pages avec une mosaïque de visages de femmes inconnues. 30 visages d'Iraniennes. 30 visages tantôt radieux, mutins, tantôt intenses, graves… et jeunes, si jeunes ! 30 visages qui pourraient être ceux de nos amies, de nos filles, de nos sœurs. 30 visages sur lesquels, grâce aux réseaux sociaux, dans un pays d'où les journalistes étrangers ont été bannis depuis mi-septembre, on a pu mettre une identité, une histoire. 30 visages dont celui de Nika Shakarami, coupable d'avoir manifesté pacifiquement quelques jours après la mort de Mahsa Amini. Abattue par la police, elle a été inhumée le jour de son dix-septième anniversaire. Et celui de Yalda Aghafazli, 19 ans, qui s'est suicidée après dix jours de détention, traduire dix jours de tortures et de viols : les autorités ont parlé d'une « overdose ». Et celui de Roya Piraie, 25 ans, fille de Minou Majidi, 55 ans, assassinée de 167 billes de plomb, tirées dans le dos et à bout portant par la police. Elle s'est fait photographier tête rasée sur la tombe de sa mère, ses cheveux à la main, avant de pouvoir s'enfuir d'Iran par « miracle » et se réfugier en France. Si toutes ces femmes ne sont pas mortes, toutes sont blessées, à jamais mutilées dans leur chair et dans leur cœur.

30 visages inoubliables          

30 visages pour en représenter des milliers d'autres : impossible d'avoir les chiffres exacts du carnage en cours, mais l'ONG Iran Human Rights...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi