Léa Salamé mal à l'aise après avoir été piégée par Thomas Sotto

·2 min de lecture

Thomas Sotto a voulu piéger sa consœur mardi 23 février 2021. Le journaliste, qui travaille main dans la main avec Léa Salamé pour animer l'émission Vous avez la parole sur France 2, a décidé de se faire passer pour un auditeur afin de la surprendre pendant sa matinale, qu'elle présente sur France Inter aux côtés de Nicolas Demorand. "Bonjour, moi c'est Thomas et je vous appelle du Luxembourg, je vous remercie de prendre ma question !", a-t-il lancé, persuadé de passer incognito. Mais Léa Salamé a tout de suite reconnu sa voix ."Oh non, Sotto !", a-t-elle lâché, amusée et mal à l'aise. La compagne de Raphaël Glucksman a tout de même laissé son confrère continuer son petit jeu : "Je suis un fan inconditionnel de Léa Salamé. J'ai vu absolument toutes ses émissions à la télé, j'ai lu tous ses bouquins. Enfin, j'ai lu son livre quoi", a-t-il ironisé, en faisant référence à Femmes puissantes(Éd. Les Arènes), son ouvrage sorti en 2020.

Pour amuser la galerie, le journaliste 47 ans, qui n'avait pas hésité à taquiner Anne-Sophie Lapix en plein journal en août 2020, a également tenté une question piège : "Je voulais savoir si Léa, elle est plus heureuse quand elle travaille à la radio avec Nicolas Demorand, ou à la télévision avec Thomas Sotto ?", a-t-il demandé. Le chroniqueur Alex Vizorek s'est alors exclamé : "Bonne question ! Nombreuses sont les femmes qui refusent de choisir alors que les hommes sont carrés et sont bien incapables de décupler leur passion ! Combien de fois Nicolas Demorand n'a-t-il pas été appelé par Cristina Cordula pour co-présenter 'Les Reines du shopping' ? Et bien non ! Il n'y est pas allé et ça se voit !".

Sans laisser la principale intéressée répondre, Alex Vizorek a ensuite enchaîné : "Elle ne pourrait pas choisir entre les deux". Selon lui "l'acharnement au travail, la rigueur journalistique et la gestion parfaite du temps" qu'elle trouve chez Thomas Sotto, ne peuvent pas éclipser toutes les qualités de Nicolas Demorand, notamment sa passion, partagée (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite