Léa Salamé : qui est sa sœur, Louma Salamé ?

·2 min de lecture

En France, le grand public connaît bien Léa Salamé : à 41 ans, elle fait partie des figures phares du paysage audiovisuel français et a réussi à s’imposer à la tête de la matinale de France Inter tout en proposant une émission culturelle sur France 5, Stupéfiant, après un passage très remarqué dans le feu programme de Laurent Ruquier, On n’est pas couché. Lorsque l’on prononce le mot “Salamé”, on pense moins à sa sœur, Louma Salamé. Pourtant, elle est aussi une personnalité importante dans son domaine, bien loin de l'univers du journalisme : aujourd’hui Louma Salamé est en effet une figure majeure dans le monde de l’art. Née en 1981, Louma Salamé est la deuxième fille de l’intellectuel, diplomate et professeur Ghassan Salamé, ancien ministre de la Culture de la République libanaise, et de Mary Boghossian, issue d’une grande famille de diamantaires.

Louma Salamé, qui parle quatre langues - le Français, l’Anglais, l’Arabe et l’Espagnol - est directrice générale de la Villa Empain de la Fondation Boghossian, à Bruxelles. Passionnée par l’art et la culture, elle peut se vanter d’avoir un curriculum vitae impressionnant. Après avoir fait les Beaux-Arts et les Arts décoratifs à Paris, elle décroche un premier stage à Londres, chez Christie’s, puis à New York au Guggenheim. Elle commence sa carrière en devenant chargée de mission au Musée d’Art Moderne, le Mudam, au Luxembourg. Louma Salamé est ensuite débauchée pour prendre en charge la communication du Louvre d’Abu Dhabi, puis devient directrice de la communication et des publics à l’Arab Museum of Modern Art de Doha, au Qatar. Elle revient ensuite à Paris pour diriger la communication de l’Institut du monde arabe.

Louma Salamé est désormais installée à Bruxelles avec son mari depuis 2011, le comte Raphaël de Montferrand (journaliste et producteur dans l’audiovisuel), et leur fils Léonard. Dans une interview accordée au magazine RectoVerso, Louma Salamé confiait : “Nous nous alternons avec mon époux pour accompagner notre (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite