L'écolo Hélène Hardy, première candidate trans à briguer la tête d'un parti

A 69 ans, Hélène Hardy est déjà entrée dans l'Histoire. L'écologiste est effectivement la première candidate transgenre à briguer la tête d'un parti. Plus précisément, elle prétend au poste de secrétaire nationale d'Europe Écologie les Verts avec sa motion L'Arche- dont elle est actuellement cadre et conseillère fédérale.

Cela fait deux ans qu'Hélène Hardy a débuté sa transition. Celle qui pourrait bien devenir la numéro un des écolos a trouvé son aspiration politique dès sa prime jeunesse : enfant d'un père communiste, elle participe aux mobilisations de mai 1968 et se tourne vers les écologistes dès les années 1970. Un engagement de longue date, donc, auquel elle n'a cessé d'être fidèle.

Au Parisien, Hélène Hardy explique : "Quand j'avais 5 ans, je voyais ma soeur et je me disais que, moi aussi, j'étais une fille. Mais dans les années 1950, ça n'existe carrément pas et je dois m'habituer à être une femme dans un corps de mec. Pas de bol ! Puis le jour de mes 55 ans, je me suis mise à pleurer. Une frontière m'est apparue et je me suis dit que je ne devais pas mourir homme".

"Cela sert la cause transgenre"

Le parcours d'Hélène Hardy est exemplaire de par la durabilité de son militantisme. Son envie est de proposer "une écologie populaire", destinée notamment à populariser cette mobilisation au sein des banlieues et dans la ruralité, narre-t-elle au Parisien. Amie de longue date de Sandrine Rousseau, elle a fondé en sa compagnie le comité...

Lire la suite


À lire aussi

Qui est Ariel Nicholson, la première mannequin trans en Une de "Vogue" ?
Faten Nahar, première candidate à la présidentielle en Syrie : révolution ou faire-valoir ?
Un parti 100% féminin aux législatives en Corée du sud (et c'est une première)