L'édito de ELLE : reviens la nuit

©Miller Mobley

L'édito de la semaine.

Vivre le passage à l'heure d'hiver en T-shirt au soleil, c'est quelque chose. Une sensation de dissonance, un trouble cognitif infiltré sous la peau. Entre méga-feux et canicules, typhons et compagnie, déjà cet été n'avait plus le goût de l'insouciance. Le réchauffement climatique, on l'expérimente désormais de tout notre corps. Près de deux cents pays sont actuellement réunis au chevet de la planète pour une énième COP (la 27e ), afin de prendre des décisions qu'ils rechigneront à faire appliquer. L'éco-anxiété est le mal de l'époque, pourtant quelque chose a changé. Avez-vous remarqué ? Partout, la nuit fait son retour à bas bruit. Voilà aussi une sensation nouvelle, physique, un genre de soulagement. La possibilité d'entrevoir un ciel étoilé, et pas seulement en vacances.

Le retour de la nuit

Depuis fin octobre, Toulouse, Lyon, Clermont-Ferrand, Strasbourg ont rejoint les 12 000 communes qui ont déjà réduit leur éclairage. À Paris, l'extinction des feux des commerces et bureaux dès leur fermeture est devenue obligatoire. Celle des panneaux publicitaires lumineux la nuit suivra, dans la capitale en décembre, et partout en France dans six mois. Crise énergétique liée à la guerre en Ukraine, gabegie écologique qui accroît les émissions de CO, 2 perturbation du vivant… Autant de catastrophes qui conduisent, in fine, au retour de la nuit dans nos vies. En moins de vingt ans, les éclairages publics avaient augmenté de 84 %. Sans y...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi