Législatives : « Il y a aujourd’hui une crise de la social-démocratie »

Après son écrasante défaite à l’élection présidentielle et alors que se profile un accord entre le PS et LFI, que reste-t-il vraiment du parti socialiste ? L’ancien mastodonte de la Ve République peut-il encore se relever ? Et y a-t-il toujours une place pour la social-démocratie sur l’échiquier politique français ? Éléments de réponse avec le chercheur Ismaïl Ferhat.

Ancien parti politique hégémonique de la Ve République, le Parti socialiste a essuyé une écrasante défaite (1,75 % des suffrages exprimés) lors de la dernière élection présidentielle. Aujourd’hui en très mauvaise posture, le parti à la rose rouge est aujourd’hui confronté à la possibilité d’une alliance avec La France insoumise (LFI). Le Parti socialiste peut-il se relever de cette énième défaite, ou est-ce la mort annoncé de l’ancien groupe dominant à gauche ? Le professeur et chercheur Ismaïl Ferhat, membre de l’Observatoire de l’éducation, maître de conférences à l’Université Jules Verne (Picardie) et chercheur rattaché au laboratoire CAREF, avance des éléments de réponse.

ELLE. Cette décision du Parti socialiste de se ranger derrière un autre parti politique est-elle historique ?

Ismaïl Ferhat. Ce n’est pas tout à fait la première fois que le Parti socialiste n’est pas le parti dominant à gauche, et ce n’est pas la première fois non plus qu’il décide de se ranger derrière un parti hégémonique. Avant 1971, où il est passé en tête devant le Parti communiste français (PCF), le Parti socialiste, et avant lui son ancêtre la SFIO, avaient déjà eu recours à ce genre d’alliances asymétriques.

Le Front populaire avait déjà réuni plusieurs partis politiques de gauche entre 1936 et 1938, et la SFIO n’était alors pas le parti hégémonique dans cette alliance dominée par le Parti radical. Il y a...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles