Législatives : battus ou confirmés, qu’en est-il des ministres candidats ?

© Jacques Witt / Sipa Press/SIPA

Quinze membres du gouvernement étaient candidats aux élections législatives.

Les consignes d’Emmanuel Macron étaient claires : les membres du gouvernement qui sont battus au second tour des législatives devront quitter leur poste. Une règle que l’Élysée avait déjà édictée en 2017, et héritée de Nicolas Sarkozy. Parmi les quinze ministres candidats, les trois ministres éliminées devront quitter leur poste.

Lire aussi >> Législatives : quels sont les enjeux du second tour ?

Trois ministres éliminées

Brigitte Bourguignon, la nouvelle ministre de la Santé, est battue par la candidate du Rassemblement national, Christine Engrand, qui obtiendrait 50,06% des voix. Au premier tour, la candidate de la majorité présidentielle était arrivée en tête avec 32,10% contre 30,33% pour celle du Rassemblement national.

Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique est également éliminée face au candidat de la gauche, Jérôme Guedj , candidat de la Nupes qui est élu de la 6ème circonscription de l’Essonne avec 38,31% des voix, selon les résultats provisoires.

Justine Benin, candidate de la majorité présidentielle dans la 2ème circonscription de Guadeloupe a été éliminée par le candidat divers gauche, Christian Baptiste.

Une règle, pas une obligation

Aucun texte constitutionnel ne les oblige à quitter leur poste. Cette règle a été édictée dans le but de légitimer leur place au sein du gouvernement. Dans les quinze dernières années, seul Alain Juppé a fait les frais de cette règle. En 2007, alors...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles