Législatives : la candidate Nupes Caroline Mecary visée par des tracts diffamatoires

© ISA HARSIN/SIPA

Adversaire de Clément Beaune dans la septième circonscription de Paris, l’avocate Caroline Mecary fait, à deux jours du second tour des élections législatives, l’objet de tracts anonymes qui l’accusent notamment de faire de « la propagande LGBT ».

« Si vous pensez que la famille, c’est important. Si vous voulez préserver vos enfants de la propagande LGBT, ne VOTEZ PAS Caroline Mecary le 19 juin. »

Des tracts diffamatoires, transphobes et homophobes anonymes contre la candidate #Nupes @carolinemecary qui fait face à Clément Beaune dans la 7e circo de Paris pic.twitter.com/7J1oMoDFPL

— Grégoire Orain (@Grgrrn) June 16, 2022

Voici ce que l’on peut lire sur des tracts distribués de manière anonyme dans les boîtes aux lettres de résidents de la septième circonscription de Paris. Dans ce quartier électoral, qui s’étale sur trois arrondissements, le IVe, le XIe et le XIIe, la candidate Nupes aux élections législatives Caroline Mecary, encartée à la France Insoumise, met en difficulté son adversaire de la majorité présidentielle Clément Beaune.

Lire aussi >> Législatives : quels sont les enjeux du second tour ?

Dimanche 12 juin, celle qui est avocate au barreau de Paris est arrivée en tête devant le ministre délégué à l’Europe, avec 41,4 % des suffrages, contre 35,8 % pour son opposant Renaissance.

Des arguments homophobes et transphobes

Et cette avance n’est visiblement pas au goût de certains militants, comme le montrent les tracts distribués dans les boîtes aux lettres de riverains, et partagés sur Twitter par le journaliste Grégoire Orain.

(Tweet)

Homophobes et transphobes, ils accusent notamment Caroline Mecary d’utiliser « le droit français pour que des femmes...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles