Législatives : l’abstention, grande gagnante des élections

© Getty Images

Comme la semaine dernière, plus d’un électeur sur deux, soit environ 26,3 millions de Français, a boudé les urnes lors du second tour des législatives.

Une élection de plus marquée par une abstention en hausse. Ce dimanche, entre 53,5 % et 54 % des Français ne sont pas allés voter pour le second tour des législatives. Un chiffre en hausse de plus d’un point par rapport au premier tour (52,49 %), selon les estimations de cinq instituts de sondage.

Ipsos/Sopra Steria pour FranceTV/RadioFrance/France24/RFI/LCP, Ifop pour TF1/LCI et Elabe pour BMTV/LEXPRESS/RMC évaluent tous l’abstention finale à 54 %. De son côté OpinionWay pour CNews et Europe1 la mesure à 53,5 %, et Harris interactive pour M6 et RTL à 53,9 %.

Dans tous les cas, c’est le deuxième plus haut niveau d’abstention depuis le record de 2017 : cette année-là, 57,36 % des électeurs ne s’étaient pas déplacés.

« Il n’y a pas eu de sursaut », analyse Frédéric Dabi, sondeur pour Ifop, sur LCI. « Il y a pourtant eu une dramatisation de l’élection, ce match Nupes-Ensemble ! dans presque 280 circonscriptions, cette implication du président de la République, tout ça n’a eu un effet que très marginal » sur le chiffre global de la participation. Son collègue d’Elabe, Bernard Sananès est partagé : « Ce n’est pas un bon chiffre, mais ce n’est pas un nouveau record, contrairement à 2017 ».

Fortes disparités

Depuis 2002 et l’inversion du calendrier, qui a placé les législatives dans la foulée de la présidentielle, la règle veut que l’abstention augmente entre les deux tours. Cette règle s’est vérifiée une...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles