Publicité

L’égalité femmes-hommes ne sera pas atteinte "avant au moins 300 ans", alerte le chef de l’ONU

Alors que ce mercredi 8 mars marque la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, le combat semble bien loin d’être gagné. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a effectivement révélé que l’objectif de la fin des inégalités de genre dans le monde ne devrait pas être atteint de sitôt, rapporte le HuffPost. "L’égalité entre les sexes s’éloigne de plus en plus", a-t-il déclaré lors d’une conférence à l’occasion de l'ouverture de deux semaines de débats de la Commission de la condition de la femme (CSW). "Au rythme actuel, l'organisation ONU Femmes la fixe à dans 300 ans", a-t-il ajouté.

Prenant en exemple le cas de l’Afghanistan, où "les femmes et les filles ont été effacées de la vie publique" depuis la reprise du pouvoir par les talibans en août 2021, le chef de l’ONU a estimé que "les droits des femmes étaient maltraités, menacés, violés à travers le monde" et que "le progrès effectué depuis des décennies disparaissait sous nos yeux". Dans "nombre d’endroits, les droits de reproduction sexuelle des femmes reculent et les filles qui vont à l’école risquent d’être enlevées et agressées", a-t-il poursuivi. Antonio Guterres n’a pas cité d’autres pays, pas même l’Iran, pourtant expulsé de la CSW en décembre dernier en raison de la violente répression qui a lieu dans l’État face à la révolte conduite par des femmes depuis septembre 2022.

"Des siècles de patriarcat, de discrimination et de stéréotypes pénibles ont créé un fossé entre les sexes, dans les sciences (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Votre médecin pourrait bientôt prévenir vos partenaires en cas de dépistage d'une IST
En Caroline du Sud, on réfléchit à la peine de mort pour les femmes qui avortent
Violences conjugales : les députés rejettent une proposition de loi visant l’inéligibilité des auteurs
Recrutement : voici les mensonges les plus fréquents sur nos CV (et c'est pas joli joli)
États-Unis : pour la première fois, 5 femmes portent plainte pour refus d’IVG