Plus l’air est pollué, plus les ados en bonne santé risquent de souffrir de maladies cardiaques, selon une étude

Mika Baumeister

C’est, selon les chercheurs, la première étude exhaustive sur le sujet. Et elle est alarmante. L’inhalation de particules fines dues à la pollution de l’air augmenterait considérablement le risque de souffrir de maladies cardiaques chez les adolescents. Les résultats de cette étude, menée par les scientifiques de l’université de Pennsylvanie, publiée dans le Journal of the American Heart Association, sont d’autant plus inquiétants qu’ils montrent des effets similaires chez les jeunes et chez les seniors. Pire encore, ces risques de maladies cardiaques – il est notamment question d’arythmie, c’est-à-dire de rythme irrégulier du cœur – surviennent y compris lorsque la qualité de l’air est considérée comme bonne par les outils de mesure en vigueur actuellement.

Les coupables de cette pollution, sans aucun doute, sont les particules fines PM2.5S. Du jargon scientifique pour désigner les minuscules particules qui s’échappent des pots d’échappement et des activités industrielles, relate The Guardian. Celles-ci sont inhalées dans l’air, passent dans le sang et peuvent causer des inflammations puis des maladies.

La découverte est donc majeure, et très préoccupante. “Cela suggère que la pollution de l’air pourrait créer des arythmies et contribuer à des arrêts cardiaques parmi les plus jeunes, ce qui serait une tragédie pour les familles et les communautés toutes entières”, s’émeut le docteur Fan He, directeur de l’étude. Pour mener cette étude, les scientifiques américains ont testé plus (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Enquête NEON : dix ans après le lancement de Tinder, dater est toujours un sport de combat
Covid-19 : la crise sanitaire a-t-elle fait augmenter les cas de puberté précoce chez les jeunes filles ?
Aimee Lou Wood (Sex Education) évoque son traumatisme de la célébrité : "Je calculais tout comme un danger"
Même passif, le tabagisme aurait un impact délétère sur la santé de plusieurs générations
Les femmes ont trois fois plus de risques de souffrir de migraines que les hommes, voici pourquoi