“L’Amour est dans le pré” : Karine Le Marchand délivre un message important face à Laura, victime d’abus sexuels

Elle s’appelle Laura, a 37 ans et élève des vaches laitières bio. Oui, la précision “bio” a, pour elle, toute son importance. Née en Angleterre, la jeune agricultrice est arrivée en France avec sa famille à l’âge de 12 ans, en 1992. C’est ici qu’elle a fini par fonder sa vie. Aujourd’hui, bien installée, elle a décidé de participer à L’Amour est dans le pré pour trouver celui avec qui partager sa vie. Dans le dernier épisode de l’émission phare de M6 présentée par l’animatrice Karine Le Marchand, Laura s’est ainsi présentée face aux Français pour tenter de convaincre un admirateur de lui envoyer du courrier. “Je vois tous mes amis autour de moi qui ont une famille et je me dis ‘Pourquoi pas moi ? Pourquoi moi je n’ai pas le droit ?’”, se désole-t-elle, un discret sourire aux lèvres, dans son portrait diffusé lundi 16 mars 2020. Karine Le Marchand finit par trouver ce qui a pu, à certains moments, bloquer la jeune agricultrice : un passé douloureux à cicatriser. Laura a en effet été victime d’abus sexuels. “Il y a eu des événements qui se sont passés et qui m’ont totalement fait perdre confiance en moi”, concède-t-elle.

"Toi, tu n’as rien fait"

Voyant que Laura avait un peu de mal à se confier, Karine Le Marchand enchaîne : “Tu veux que je t’aide ? Bon, il y a des hommes qui t’ont fait du mal. On peut parler d’abus sexuels. Je crois qu’on est dans une ère, maintenant, où on ne doit plus, quand on est victime, avoir honte de ce que l’on a subi. Toi, tu n’as rien fait. Non, ce sont des ordures ou des malades qui t’ont fait subir ce que tu n’avais pas à subir.” Laura explique alors ne pas avoir souhaité porté plainte pour ne pas s’”imposer un procès.” L’animatrice poursuit : “Bon. Tu ne veux pas les mettre devant la justice, c’est évidemment ton droit. Mais ce ne sont pas des mésaventures. Et si tu veux vraiment tourner la page, il faut reconnaître cet acte pour ce qu’il est pour justement te débarrasser de la culpabilité ou de la honte que tu as pu ressentir. Comment tu

(...) Cliquez ici pour voir la suite