L’ art de se relaxer au musée

Respirer, méditer ou jogger parmi les œuvres,  c’est ce que proposent désormais de nombreux espaces d’exposition. Une activité multisensorielle à tester d’art-d’art !

Cette tendance nous vient d’Amérique du Nord. Au Brooklyn Museum, à New York, un samedi par mois, on peut déambuler dans les diverses salles après avoir pratiqué un cours de yoga suivi d’une méditation de pleine conscience, et finir avec un « brunch healthy » au Norm, le restaurant du lieu. La chorégraphe et danseuse Monica Bill Barnes est allée plus loin en imaginant pour le Metropolitan Museum of Art « The Museum Workout ». Composé d’échauffements et d’exercices chorégraphiés, cet entraînement en musique renverse la façon d’appréhender l’espace muséal. Une initiative qui atteste d’une volonté certaine de décloisonner l’art en l’ouvrant à tous types de publics, comme le fait le Centre Pompidou avec ses matinées Art détox. Un dimanche par mois, elles invitent à explorer dès 10 heures, avant l’ouverture au grand public, la création par les sens.

Après avoir initié en 2018 les participants au do-in shiatsu et convoqué le chef Alain Passard pour réinterpréter au gré des saveurs une œuvre, le musée a concocté une nouvelle formule avec à la clé du reiki, une technique de relaxation japonaise, et un parcours olfactif pensé par des parfumeurs de chez Givaudan. « Cette immersion dans le monde de l’art, grâce à un face-à-face privilégié avec les chefs-d’œuvre de notre collection, se convertit en une expérience sensorielle. L’idée de synesthésie est au cœur de ce projet. L’art n’existe pas qu’au musée, il peut être partout dans la vie quotidienne, dans la cuisine, un cocktail, une fragrance… Cela permet de désacraliser l’œuvre et de montrer que chacun peut se l’approprier », observe Patrice Chazottes, directeur adjoint de la direction des publics et chef du service de la médiation au Centre Pompidou. Un moment unique où tous(...)


Lire la suite sur Paris Match