L’Assemblée nationale rejette la Motion de censure de la Nupes

© Getty Images

Après l’échec de la motion de censure déposée par l’alliance de la gauche contre le gouvernement d’Élisabeth Borne, la Première ministre appelle l’Assemblée à se mettre au travail.

Seulement 146 votes pour : l’Assemblée nationale a rejeté lundi la motion de censure de gauche du gouvernement d’Élisabeth Borne. C’est loin de la majorité absolue de 289 voix nécessaire pour renverser le gouvernement, inaccessible sans les suffrages des LR et RN.

« Ce n’était pas une surprise. La Nupes a voulu se compter », a réagi Élisabeth Borne. « Maintenant, on se met au travail ». Pour le porte-parole du gouvernement Olivier Véran, « le congrès de la Nupes est terminé ».

« Voici venu le moment de vérité. Cette motion de défiance tiendra lieu de clarification politique », avait attaqué auparavant la cheffe de file du groupe La France insoumise (LFI) Mathilde Panot. « Ceux qui ne voteront pas cette motion de défiance seront les partisans de votre politique », de la réforme des retraites à « la politique de casse et d’injustice sociale », avait-elle ajouté dans une ambiance houleuse.

Défiance

La motion a été conçue par l’opposition comme une démonstration de « défiance » à l’égard de la Première ministre, qui n’a pas de majorité absolue à l’Assemblée nationale et n’a pas sollicité de vote de confiance lors de sa déclaration de politique générale le 7 juillet. « Vous ne tirez votre légitimité ni des élections législatives, ni même du Parlement » et « vous êtes, à cette fonction, une anomalie démocratique » , a encore lancé Mathilde Panot.

Élisabeth Borne a de son côté dénoncé « une motion...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles