L’Autriche va offrir une compensation aux personnes condamnées pour leur homosexualité dans le passé

La ministre de la Justice autrichienne a annoncé ce 13 novembre que l’État offrirait une compensation à toutes les personnes condamnées pour homosexualité entre 1971 et 2002. À la clé, notamment, une indemnisation de plusieurs milliers d’euros.

“Il est clair que cette compensation financière ne pourra jamais effacer la souffrance et l’injustice subies mais il est crucial que l’Autriche en tant qu’État reconnaisse enfin sa responsabilité.” Ce 13 novembre, Alma Zadić, ministre de la Justice autrichienne, a annoncé que le pays adopterait une loi pour dédommager les personnes homosexuelles persécutées pour leur orientation sexuelle jusque dans les années 2000. Le Parisien rappelle que, malgré la dépénalisation de l’homosexualité en 1971, 26 500 peines ont été prononcées jusque dans les années 2000 à l’encontre d’Autrichiens gays. La faute à des exceptions juridiques qui ont été synonymes, pour certains, de prison. Car si l’homosexualité en tant que telle n’était plus condamnable, la prostitution gay l’est longtemps restée – jusqu’en 1989. Les militants LGBTQI+ n’avaient pas non plus le droit de créer des associations avant le milieu des années 1990. Quant à l’âge du consentement entre hommes, il était fixé à 18 ans – contre 14 ans pour les relations hétérosexuelles – avant un changement de loi, en 2002.

Un grand budget alloué à cette mesure

Quelque 11 000 personnes sont éligibles à une compensation de la part de Vienne. Concrètement, leur peine sera effacée de leur casier judiciaire et 3 000 euros leur seront versés, si elles le demandent. Si elles ont dû subir des années d’emprisonnement, ces personnes recevront 1 500 euros de dédommagement par an de prison purgé. Quant à celles et ceux qui ont été poursuivi·es sans être condamné·es, iels auront également le (...)

Cliquez ici pour voir la suite

VIDÉO - Déclic - Journée de la bisexualité - Anaïs : "Il y a une double violence pour les personnes bi. D’une part elles subissent l’homophobie, d’autre part la biphobie"

Le nombre de signalements pour violences sexuelles sur conjoint a augmenté de 164 % depuis MeToo
Un lycée texan interdit aux élèves transgenres de participer aux spectacles scolaires
Agressions sexuelles : Neil Portnow, l'ancien patron des Grammy Awards, accusé de viol par une musicienne
"Chicken for KFC" : le soutien de la communauté LGBT+ à la Palestine est-il vraiment contradictoire ?
L’Église catholique accepte enfin de baptiser les personnes transgenres