L’endométriose reconnue comme affection longue durée par l’Assemblée nationale

·1 min de lecture

L’Assemblée nationale a voté à l’unanimité ce jeudi une résolution portée par les députés LFI pour reconnaître l'endométriose comme affection longue durée. 

Une femme sur dix souffre d’endométriose en France. La proposition de résolution défendue par la députée de la France Insoumise Clémentine Autain, invite le gouvernement à entamer une réflexion « pour inscrire dans le marbre » l’endométriose dans la liste des affections longues durées, ALD 30. 

Lire aussi >>  Diagnostics, traitements, impacts sur la vie des patientes : l’endométriose en 7 chiffres

Cela doit permettre une prise en charge à 100% par l’Assurance maladie de leurs soins, d’arrêts maladie sans délai de carence ou d’aménagements de leur temps de travail. Actuellement, il est possible de l’obtenir seulement après un examen au cas par cas dans le cadre d’affections exonérantes dites hors liste, ALD 31. Si elle n’a aucune mesure contraignante, la résolution adoptée ce jeudi pourrait permettre de faire pression sur le gouvernement, qui pour le moment n’opte pas pour cette option. « Nous pouvons créer un plancher de droits pour les femmes victimes », a affirmé la députée de Seine-Saint-Denis avec une pensée particulière pour « les femmes mal rémunérées, pour les précaires, pour les plus pauvres d'entre elles », pour lesquelles la maladie est « encore plus difficile à vivre ».

Des connaissances encore lacunaires sur la maladie 

Cela serait « un pas de géant pour des millions de femmes », a complété la députée. Cette maladie, découverte en 1860, sur laquelle les connaissances restent lacunaires, est liée à...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles