Publicité

L’Espagne lance une appli destinée à mieux répartir les tâches domestiques dans le couple

En parler partout, tout le temps, n’a pas fonctionné. Le numérique aidera peut-être là où le quotidien échoue souvent. Souvent pionnière sur les sujets d’égalité de genre et de lutte contre les violences sexistes et sexuelles, l’Espagne continue sur sa lancée. Elle est actuellement en train de développer une application qui permettra de visualiser la répartition des tâches domestiques dans le couple, explique le magazine Elle. Une manière d’y voir plus clair sur qui fait quoi et de réajuster l’implication des un·es et des autres dans le foyer. Un moyen de réduire, également, la charge mentale des femmes, qui restent les premières impliquées dans les tâches ménagères. Sur le principe des applications qui permettent d’équilibrer les dépenses entre ami·es – Splitwise ou Tricount –, cet outil, présenté lors du Comité des Nations unies contre la discrimination à l’égard des femmes à Genève, le 18 mai, propose d’indiquer les tâches effectuées par les membres du foyer pour ensuite permettre aux autres d’équilibrer le planning.

Cette application, qui n’a pas encore de nom officiel, est censée être prête pour l’été. Si elle fonctionne, elle permettra à celles et ceux qui ne s’impliquent pas assez pour le moment dans le foyer de se rendre compte des disparités. Et, on l’espère, de changer. “Nous pensons que cela peut servir à répartir les tâches entre frères, sœurs, pères, mères ou n’importe qui vivant en colocation, où il y a parfois une répartition inégale également”, a souligné Ángela (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Une médecin américaine condamnée à verser 3000 dollars d’amende pour avoir aidé une enfant de 10 ans à avorter
"C'était super important pour moi" : Halle Bailey a tenu à garder ses cheveux naturels pour son rôle dans La Petite Sirène
300 journalistes et 4000 personnes à l'extérieur : Vincent, premier marié homosexuel en France, se souvient
Congé menstruel : le groupe EELV dépose une proposition de loi à l'Assemblée nationale
Un collectif anti-IVG colle des stickers sur les Vélib’ à Paris et fait face à des poursuites