L’ex-ministre des Affaires étrangères chinois limogé à la suite d’une liaison extraconjugale ?

“Une enquête interne du Parti communiste aurait révélé que l’ancien ministre des Affaires étrangères Qin Gang entretenait une liaison extramaritale durant tout le temps où il était ambassadeur à Washington : c’est ce qui a été indiqué à de hauts responsables chinois, d’après des sources bien informées”, rapporte The Wall Street Journal.

Qin Gang, ancien ambassadeur de Chine aux États-Unis avant de devenir ministre des Affaires étrangères en décembre dernier, a été démis de ses fonctions “sans explication” en juillet, “après avoir disparu un mois plus tôt”, rappelle le journal américain. Il était pourtant considéré comme un homme de confiance de Xi Jinping.

Sa liaison aurait donné naissance à un enfant, a-t-il été précisé aux responsables chinois informés le mois dernier de l’enquête sur Qin Gang (leur identité n’est pas précisée). Encore en cours, cette enquête “cherche à présent à déterminer si cette liaison, ou d’autres comportements, ont pu compromettre la sécurité nationale chinoise”.

Une “instabilité politique”

“Dans le système politique opaque de la Chine, l’inconduite sexuelle est souvent utilisée comme un moyen de discréditer des responsables déchus jugés déloyaux”, précise The Wall Street Journal. Dans le cas de Qin Gang, la liaison aurait provoqué sa chute “en partie parce que son enfant né aux États-Unis aurait pu compromettre sa capacité de défendre les intérêts chinois face aux Américains”, selon les sources du quotidien.

“Ces dernières années, Xi a durci encore les règles restreignant les liens, financiers ou d’autre nature, que les hauts dignitaires peuvent nouer à l’étranger”, ajoute le journal.

Le cas de Qin Gang n’est pas unique. Le ministre de la Défense, Li Shangfu, a disparu à son tour. En juillet, des dirigeants de la force des missiles de l’armée ont été démis sans raison officielle, ajoute le quotidien.

Pour Yun Sun, du Stimson Center, un centre de réflexion de Washington, ces limogeages et disparitions “semblent refléter une instabilité politique”, dans un contexte économique difficile, et “poussent à se demander si Xi maîtrise vraiment toute la situation”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :