L’hôtel « Belle Plage », nouvel eldorado design de Cannes

Récemment ouvert, l’hôtel « Belle Plage », avec vue sur mer et palmiers en option, offre une escale de zénitude. Un temple de douceur et de gourmandise où slow living, naturalité et design minimaliste cohabitent sans fausse note. Visite et idées originales à picorer. Au Suquet, non loin du Vieux-Port de Cannes et presque au pied de la calme Méditerranée, un ancien établissement balnéaire du plus vieux quartier de la ville a été entièrement réhabilité. Tout nouveau projet de l’architecte Raphael Navot épaulé par le studio Faar Architects et du groupe hôtelier « La Clé Group » (Hôtel Bachaumont, Hôtel National des Arts et Métiers à Paris), l’Hôtel « Belle plage » affiche ses courbes rétrofuturistes.Avec sa façade rythmée de balcons capsules et son nom écrit en lettres capitales, esprit Art déco, on se croirait un temps en escale à Miami. Mais là, les couleurs vitaminées des bâtiments de Floride ont laissé place à des teintes sable, organiques, confondant presque le bâtiment avec la sauvage nature environnante. Ici tout évoque les vacances et une French Riviera fantasmée. Dès l’entrée, les courbes ondulantes du lobby s’exposent, mixant bois blond et pierres blanches naturelles, confondant indoor et outdoor. Une large bibliothèque toute hauteur, aux niches déstructurées se fait l’évocation d’une autre Méditerranée aux accents grecs. Pour finir de nous séduire, un doux et apaisant parfum, signé du nez Arthur Dupuy, ambiance retour de plage, se diffuse élégamment dans l’hôtel. Bien plus qu’une bulle de repos pour voyageurs aguerris, l’hôtel prend soin de ses hôtes dans leur globalité. Si un spa holistique ouvre ses portes en juin 2022, pour combler des envies de bien être, il est déjà possible de régaler d’autres sens. Au 8e et dernier étage, sur un rooftop aux allures de voilier, un restaurant, comme suspendu dans les airs, accueille sous sa tonnelle et dans sa rotonde vitrée, résidents et gourmets de passage. Aux commandes du « Bella », le chef star israélien Eyal Shani propose une cuisine du Sud, ensoleillée, locale, innovante et renouvelée quotidiennement.À lire aussi >> Un deux-pièces rétrofuturiste très cinématographiqueL’hôtel « Belle Plage », un établissement design et slow living Dans cet environnement protégé et protecteur, les 50 chambres de l’hôtel se font cocon de douceur. Une véritable invitation au lâcheur prise, à la détente et à la relaxation. Comme à l’extérieur, la palette chromatique se décline non sans rappeler la nature. Fil conducteur incontestable du projet, la couleur sable s’impose en majesté. Mais l’architecte lui adjoint de discrètes et subtiles notes colorées. D’abord il y a le bleu. Celui du ciel cannois et de la Méditerranée voisine. Puis c’est le vert, délicat, presque timide, qui fait son entrée. Un hommage à la luxuriante végétation du Suquet et aux palmiers environnants. Pensé et réalisé sur-mesure, le mobilier enveloppant semble sortir d’une autre époque. Les angles s’effacent laissant aux courbes le soin d’apaiser les esprits. La place est également donnée aux matières naturelles. La pierre, encore et toujours, se mêle au bois, au terrazzo et au plâtre, élément historique et indéfectible des établissements de la côte. Une ode à la mer qui s’inscrit sur les luminaires en résine naturelle et aux formes des galets, souvenirs enfantins des journées passées à la plage.En bois brut, les tables de chevet et fauteuils, taillés dans le chêne massif, suggèrent le bois flotté échoué sur le sable. Le cuir et la paille quant à eux se font têtes de lit d’hôtel inspirantes. Au sol, comme pavé, marbre et béton blanc entremêlés, reflètent la lumière issue des larges baies vitrées. Enfin, les voilages ajourés jouent les persiennes revisitées, laissant les rayons du soleil danser, dessiner leurs empreintes au sol et caresser le décor.Les bonnes idées à piquer à l’hôtel « Belle Plage » Arrondir les angles. Voilà le maître mot des lieux qu’il est bon de leur piquer. Exit les encadrements de portes classiques, on les adoucit façon arches pour leur insuffler un air de science-fiction empreint de rétro. Devant les fenêtres, on crée une nouvelle ouverture, sorte de cadre dissimulant la tringle à rideaux et on opte pour des voilages façon résilles pour gagner en originalité et faire vibrer la lumière.Les portes se font à galandage et s’effacent dans les parois pour profiter d’ouvertures sans encombre et nettement plus spectaculaires que leurs cousines battantes. Pour finir, aux oubliettes carrelages, moquettes et autres parquets. Le sol se fait déco, effet terrazzo XXL, avec des inclusions de deux matériaux différents, mais de même tonalité. Une judicieuse réécriture des allées pavées, faisant enter l’extérieur durablement et poétiquement chez soi.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles