L’inspection des armées appelle à réviser la prise en charge des violences sexuelles dans l’institution

Un rapport de l’inspection des armées a été publié ce jeudi 13 juin. Celui-ci juge insatisfaisant le dispositif existant pour prendre en charge les victimes de violences sexistes et sexuelles au sein de l’institution militaire.

« Le dispositif actuel ne saurait satisfaire. Il a été précurseur et a posé des bases solides mais il doit maintenant évoluer. » Dans un rapport publié ce jeudi 13 juin, l’inspection des armées appelle à sanctionner davantage les auteurs de violences sexuelles. Le ministre des Armées Sébastien Lecornu avait annoncé début avril la mise en place d’une mission d’inspection sur les violences sexuelles dans l’armée.

Lire aussi >> Violences sexuelles dans l’armée : « Les victimes sont généralement mises à l’écart et réformées pour inaptitude »

Le rapport de 154 pages dresse en effet un état des lieux sévère sur les violences sexuelles dans le monde militaire. « On ne peut nier qu’il existe encore des dysfonctionnements dans la détection des violences sexuelles et sexistes, des hésitations dans leur traitement quand ce n’est pas une méconnaissance de ce qu’elles recouvrent », écrivent les trois inspecteurs dans le rapport révélé par Franceinfo.

La présomption d’innocence continue par exemple bien souvent « de prévaloir sur des mesures conservatoires (suspension, mutation d’office, éloignement) qui s’imposent pourtant », déclarent-ils. Le rapport dresse donc une liste de 50 recommandations, dont certaines seront mises en place dès juillet.

Durcissement des sanctions, renfort de Thémis...

Parmi elles, figurent un durcissement des sanctions, dont la suspension de l'auteur présumé « dès lors que des faits crédibles...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi