L’OMS s’engage à lutter contre les violences sexuelles au sein de l'organisation

L’année dernière, l’OMS avait été mise en cause par une commission d’enquête sur les violences sexuelles commises par ses employés.

Le patron de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus a promis de faire une priorité de la lutte contre les violences sexuelles dans les rangs de son organisation.

« Les choses changent, mais bien sûr nous sommes d’accord avec le fait que ce n’est pas assez. Nous n’en sommes qu’au début », a promis Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui vient d’obtenir un second mandat de 5 ans à la tête de l’OMS.

Fin septembre 2021, l’OMS avait été gravement mise en cause par une commission d’enquête sur les violences sexuelles commises par ses employés contre des dizaines de personnes en RDC, qui dénonçait des « défaillances structurelles » et des « négligences individuelles ». Les faits avaient eu lieu lors de déploiement d’équipes de l’OMS pour lutter contre l’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC) entre 2018 et 2020.

Réponse tardive

Le Dr Tedros avait été publiquement critiqué à deux reprises par les principaux pays donateurs de l’OMS, qui estimaient qu’il en faisait trop peu et trop lentement sur le sujet des violences sexuelles.

Il a depuis présenté des excuses aux victimes et présenté un plan d’action pour améliorer les choses. « Nous sommes déterminés et ce sujet est une préoccupation quotidienne de la direction », a-t-il affirmé, devant les pays membres qui participaient à l’Assemblée mondiale de la santé se tenant cette semaine à Genève.

Le Dr Tedros a expliqué...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

VIDÉO - Emmanuelle Dancourt : "PPDA, c’est un violeur, un délinquant sexuel, un agresseur, un harceleur, sa place est en prison"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles