L’ortie : quels bienfaits et comment l’utiliser ?

·1 min de lecture

Très commune, l'ortie est une plante hyper-précieuse pour les phytothérapeutes : cette "mauvaise herbe" (que l'on a tendance à éradiquer lorsqu'on jardine) possède en effet des propriétés diurétiques, dépuratives, hémostatiques, anti-rhumatismales et même reminéralisantes.

Urtica dioica et Urtica urens (ce sont les noms scientifiques de l'ortie) se récoltent facilement dans les jardins, dans les fossés et dans les zones à l'abandon entre mai et octobre : on cueille les feuilles (ce sont surtout elles qui sont utilisées en phytothérapie) et les racines (moins employées) en se protégeant les mains et les bras – car les poils qui recouvrent les feuilles et la tige de l'ortie renferment un liquide urticant, composé d'acide formique et d'histamine.

Ortie : ses propriétés sont validées par les autorités sanitaires

C'est bon à savoir : l’Agence européenne du médicament (EMA) considère comme "traditionnellement établi" l'usage des feuilles d’ortie comme "traitement diurétique complémentaire des infections urinaires" et comme "traitement complémentaire des douleurs articulaires et de la séborrhée".

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), quant à elle, valide l'utilisation de l'ortie contre les douleurs rhumatismales et en complément du traitement classique de l'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP). Avis favorables aussi du côté de la Commission E du ministère de la Santé allemand et de la Coopération scientifique européenne en phytothérapie (...)

Lire la suite sur Topsante.com

6 façons de préparer les champignons shiitaké
Quelles huiles essentielles pour soigner rapidement un mal de gorge ?
Cataplasmes : quels bienfait ? Comment faire ?
L'hypnose modifie (temporairement) le fonctionnement du cerveau
Ventouses : comment ça marche ? Quels bienfaits ?