« L’OTAN a tout à gagner avec nous » : la Finlande, un champion cyber déterminé à entrer dans l’Alliance

La Finlande est l’un des États les mieux formés au numérique et à la cyber en Europe. Le pays nordique met en avant cet atout au moment où de nombreuses puissances signent son adhésion dans l’OTAN, à l’instar de la France ce 3 août. Reportage à Helsinki, où Numerama s’est rendu pour comprendre ce qui différencie la Finlande des autres pays dans ce domaine.

Les ratifications s’enchainent pour l’entrée de la Suède et la Finlande dans l’OTAN. Ce 3 août, c’était au tour du Parlement français de signer l’adhésion des deux États à l’alliance. À Helsinki, on ne veut pas être pris en pitié, au contraire, les représentants du pays nordique veulent prouver aux autres membres qu’ils seront une puissance parmi les autres. La Finlande dispose effectivement de nombreux atouts : un service militaire obligatoire, une armée de 280 000 réservistes et un titre de champion cyber de l’OTAN. Le pays a effectivement fini premier d’un exercice de cyberdéfense où il n’était qu’invité.

Chaque année, en avril, l’organisation militaire réunit tous les membres pour se tester lors d’une simulation massive de cyberguerre, baptisée Locked Shield. Les combattants de chaque pays doivent sauver des infrastructures fictives soumises à une série d’offensives. Après trois journées d’intenses batailles virtuelles, l’équipe finlandaise s’en est le mieux tirée parmi les 33 participants pour bloquer les vagues de cyberattaque.

Rien d’étonnant, vous répondront les experts en cyber. La Finlande, comme d’autres pays nordiques,

[Lire la suite]

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles