Eviction brutale de la préfète Marie Lajus : pourquoi cela fait autant polémique

© PASCAL PAVANI / AFP

Démise de ses fonctions le 7 décembre dernier, la haute fonctionnaire aurait payé le fait de s'être opposée à un projet immobilier très contesté.

Le 7 décembre, le Conseil des ministres, sur proposition du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, a nommé Patrice Latron préfet d'Indre-et-Loire, en remplacement de Mme Lajus. Localement, son remplacement est perçu comme un limogeage et très vite des messages de soutien à l'ancienne préfète, arrivée à Tours en 2020, fleurissent sur les réseaux sociaux.

Une polémique sur fond de projet immobilier controversé

Ses soutiens notamment sur un article du « Canard enchaîné » datant du 14 décembre dernier assurant qu'elle aurait été limogée à la suite d'interventions d'élus de la majorité auprès de Gérald Darmanin. Il est expliqué que Marie Lajus s'est attirée les foudres d'élus pour s'être opposée au projet d'implantation d'un incubateur de start-up et de chercheurs, baptisé Da Vinci Labs, dans une zone boisée non constructible dans le parc du château Louise-de-la-Vallière, à Reugny, près de Tours.

Elle avait prévenu les élus, selon des sources concordantes, que s'ils décidaient de rendre constructible le terrain, elle serait obligée d'attaquer la légalité de cette décision au nom de la loi Climat et résilience.

Soutien d’élus locaux dans une tribune au « Monde »

Dans une tribune au « Monde », diffusée lundi, une cinquantaine d'élus locaux, responsables d'associations, sénatrices, etc. des départements de l'Ariège, de Charente et d'Indre-et-Loire, où la préfète a exercé, s'insurgent contre cette décision. « Une...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi