L’union des gauches se renforce et s’élargit

Après Génération.s, EELV et le PCF, la « Nouvelle union populaire, écologique et sociale » – anciennement l’Union populaire – vient de conclure un « accord de principe » avec le PS.

Morcelée et fratricide pendant la précédente campagne présidentielle, la gauche française semble être en bonne voie de s’unir derrière un programme commun pour les élections législatives des 12 et 19 juin prochains. Le leader de La France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, qui a obtenu près de 22 % des voix au premier tour de la présidentielle, s’est construit en figure de l’opposition au président réélu Emmanuel Macron, et compte bien lui imposer la cohabitation par les urnes lors du prochain « troisième tour ».

Et son projet se concrétise. Après Génération.s et Europe Écologie-Le Verts (EELV), emmené à la présidentielle par Yannick Jadot, le Parti communiste français (PCF) s’est rangé derrière le programme commun de la « Nouvelle union populaire, écologique et sociale » (Nupes). Augmentation du Smic à 1.400 euros nets par mois, retraite à 60 ans, VIe République, planification écologique et non-respect de « certaines règles européennes » sont les nouveaux mots d’ordre de cette coalition qui espère bousculer la réélection pour cinq années du président Emmanuel Macron. Certains autres points, tels que l’abandon de l’énergie nucléaire au profit de l’éolienne en mer auquel les communistes ne sont pas favorables, n’ont en revanche pas été évoqués.

Mais le point de friction majeur de cette alliance des gauches résidait dans le nombre et la teneur des 577 circonscriptions attribuées à chacun. Dès le...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles