La péri-ménopause : quel est ce trouble bouleversant que vit Emma Bunton comme de nombreuses autres femmes ?

·4 min de lecture
Getty

Avant la ménopause, il y a la péri-ménopause. Une étape dans la vie d'une femme pas toujours facile à vivre et qui prépare son corps à un nouveau cycle. Un moment compliqué qu'a vécu l'ancienne Spice Girls Emma Bunton.

"Je me suis dit, ça y est c’est la fin ?" Parce que les nombreux symptômes et préjugés liés à la ménopause ne suffisent pas, les femmes doivent bien souvent affronter la péri-ménopause. Un tabou avant le tabou pouvant durer 4 à 8 ans et qui amène avec lui son lot de désagréments. Parmi eux, les troubles du sommeil et suées nocturnes, les troubles de l’humeur, les bouffées de chaleur, une diminution de la libido, les variations du cycle menstruel ou encore une sécheresse vaginale… Dans la foulée, la sacro-sainte horloge biologique lance son compte à rebours et le désir d’enfant peut (re)devenir pressant. Autant de symptômes qui préparent le corps d'une femme à la ménopause. Un moment bouleversant qu’a connu Emma Bunton.

Vidéo. "Coups de fatigue, sautes d’humeur, réveils nocturnes en sueur" : les confidences de Linda Hardy sur sa pré-ménopause

À 45 ans, et alors qu’elle a envie de retomber enceinte, l’ancienne membre des Spice Girls est prise de bouffées de chaleur et de palpitations dues à une baisse d’hormones. Sans oublier son anxiété ou la sensation d’un mauvais équilibre général… Des symptômes de l’ordre de la dépression la poussant à croire qu’elle est dépressive à cause de la pandémie du Covid-19. Un moment troublant dans sa vie de femme qu’elle a raconté au Daily Mail : “Je peux être une mère très nerveuse et protectrice - alors l’incertitude dans laquelle le coronavirus nous a plongés m’a fait peur. Cela m’a fait reculer sur notre projet d’avoir un bébé. Jade (son compagnon, ndlr) a dit que des millions de gens avaient des bébés pendant la pandémie, mais je n’arrivais pas à gérer mon anxiété".

La péri-ménopause, le début de la fin ? 

Si au début, elle a expliqué avoir mis "sur le compte de la pandémie" tous ces troubles, "l’anxiété revenait régulièrement, puis c’est devenu quotidien. J’étais aussi léthargique". Très vite elle comprend que "quelque chose n’allait pas". Alors quand elle apprend qu’elle est en plein syndrome de la péri-ménopause, elle s’effondre : “J’ai pleuré comme pas possible. Je me suis dit : 'Ça y est c’est la fin ?' Je suis très maman poule et quand je vois les bébés de mes amies, j’ai envie de les couver”. 

Vidéo. Emma Bunton envisage d'avoir un autre enfant...

Pour autant, la péri-ménopause peut être bien vécue selon certains facteurs environnementaux et génétiques. Si la prise de médicaments peut atténuer ses effets, les traitements hormonaux ont été pointés du doigt à de nombreuses reprises en raison de l'augmentation des risques de cancer du sein qu'ils provoqueraient. En plus d'en discuter avec son médecin, une bonne hygiène de vie (limiter la consommation de tabac et pratiquer une activité sportive régulière) permet de mieux vivre ce moment. 

La ménopause, encore trop taboue ? 

Selon une étude menée par la mutuelle MGEN et la Fondation des femmes sur la perception et compréhension de la ménopause en France, ce passage de la vie d’une femme est souvent mal vécu. Pour 45% des moins de 40 ans, il est difficile d'en parler. 15% des ménopausées ou pré-ménopausées ont même déclaré mal vivre le passage. Et pour 44% d’entre elles, cette période a eu un impact négatif sur leur quotidien. 

Malgré tous les inconvénients liés à ce cap symbolique dans la vie d'une femme, 59% des interrogées vivent comme une libération avec comme principal avantage : la fin des contraintes et des douleurs liées aux règles. Toutefois, le sujet semble toujours aussi difficile à aborder malgré les témoignages de nombreuses personnalités comme ceux d'Angelina Jolie, Michelle Obama ou encore Monica Bellucci et Cynthia Nixon. Ainsi, l’étude révèle que 42% des Français en parlent peu, et 39% pas du tout. Et seulement une femme en couple sur deux en a parlé avec son ou sa conjoint(e). 

À lire aussi :

>> Emma Bunton : ces symptômes très gênants liés à son intimité qu'elle a enfin identifiés

>> Andropause : les hommes sont-ils aussi touchés par une forme de ménopause ?

>> Linda Hardy : « La préménopause peut aussi être une renaissance »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles