Lactalis : "Il est possible qu'il faille renforcer les contrôles de l'État" face aux "faiblesses et défaillances de l'autocontrôle"

franceinfo
François Collart-Dutilleul, professeur émérite des universités et spécialiste des questions de sécurité alimentaire, a avancé, mercredi sur franceinfo, l'idée de renforcer la part des contrôles effectués par l'État après le scandale du lait infantile contaminé.

Deux séries de plaintes simultanées ont lieu dans l'affaire Lactalis, selon des informations de franceinfo. Trente nouvelles familles vont porter plainte jeudi 15 février contre le groupe et certains groupes de distribution. Par ailleurs, l'association Foodwatch déposera plainte contre X aujourd'hui pour 12 infractions commises par Lactalis, les distributeurs, les laboratoires et les autorités publiques, pointant des failles dans la chaîne de responsabilité.

"Il est possible que notre système d'autocontrôle ait des faiblesses et des défaillances et qu'il faille renforcer les contrôles de l'État", a estimé mercredi 14 février sur franceinfo François Collart-Dutilleul, professeur émérite des universités et spécialiste des questions de sécurité alimentaire.

franceinfo : Comment fonctionnent ces laboratoires qui ont effectué des tests pour le compte de Lactalis ?

François Collart-Dutilleul : Ces laboratoires sont extérieurs à l'entreprise. L'entreprise est une cliente du laboratoire. Elle fait faire des analyses et il envoie les résultats. Selon les résultats, le laboratoire peut avoir l'obligation, ou a l'obligation, d'informer les autorités qu'il y a un problème sanitaire grave. En tout cas, il doit informer l'entreprise de manière très précise de ce qu'elle doit penser des résultats.

Une rétention d'information est-elle possible pour cacher des cas de contamination aux autorités sanitaires ?

Cela me (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi