Laeticia Hallyday : cette exigence inattendue de Laura Smet lors de l’exhumation du cercueil de Johnny

Un peu plus de deux ans se sont écoulés depuis la mort de Johnny Hallyday. Après des obsèques et un hommage national en l’église de la Madeleine à Paris, le chanteur avait été enterré dans le cimetière de Lorient, sur l’île de Saint-Barthélemy, le 11 décembre 2017. Laeticia Hallyday faisait part, durant l’été 2019, de sa volonté de transférer la dépouille de son époux dans le caveau familial qu’elle a fait construire. La raison ? Le sable de mer, corrosif, et les crabes menaçaient la sépulture du Taulier. Le caveau en question se trouve à quelques mètres de là, toujours dans le cimetière marin de Lorient. Laura Smet, la fille de Johnny et de Nathalie Baye, s’était catégoriquement opposée à une telle procédure et avait même réussi à suspendre l’exhumation en octobre 2019. Pourtant, le souhait de Laeticia a été exaucé. La veuve a annoncé sur son compte Instagram que le cercueil avait été déplacé dans la nuit de mardi 14 à mercredi 15 janvier 2020.

⋙ Laeticia Hallyday : ce détail passé inaperçu dans sa façon de parler de Johnny Hallyday scandalise les internautes

“Johnny repose enfin dans sa dernière demeure, sur l'île de Saint-Barthélemy. C'était le choix d'un homme libre, qui a trouvé ici la paix à laquelle il aspirait. Les démarches ont été accomplies avec professionnalisme, dans le respect de ses volontés. Je remercie de tout mon cœur tous ceux qui y ont contribué”, a-t-elle révélé à ses 460.000 abonnés. Si certains internautes se sont agacés de la façon dont Laeticia Hallyday parle désormais du rockeur, Laura Smet n’a pas encore réagi à la nouvelle. Il semblerait pourtant qu’elle ait finalement accepté la demande de sa belle-mère, bien qu'elle ait été outrée de l'apprendre par la presse quelques mois plus tôt. Selon les informations recueillies par nos confrères du Parisien, c’est Laura elle-même qui aurait exigé que le déplacement soit effectué dans la nuit. “Par respect pour son père”, elle a tenu à ce que cela se fasse “à l’abri des regards”. Me Gilles Gauer, l’avocat

(...) Cliquez ici pour voir la suite