Laeticia Hallyday : ces insultes racistes qu’elle a subies

C'était le temps du bonheur. La période où la bataille judiciaire autour de l'héritage de Johnny Hallyday n'existait pas. La joie d'un clan et d'une famille unis autour d'un pilier solide comme un roc que représentait le Taulier. En 2004, Laeticia Hallyday découvre la joie de devenir mère en adoptant Jade, au Vietnam. "Un bonheur absolu," comme elle le raconte à Nikos Aliagas, des années plus tard, en 2016, dans l'émission 50 Minutes Inside sur TF1, "déjà d’être une mère, alors qu’on ne s’y attend plus du tout. Je croyais que ça n’allait jamais m’arriver." Devant la caméra, la veuve de Johnny n'a pu s'empêcher de laisser couler quelques larmes d'émotion. Cette interview dans une émission populaire a, en fait, été montée par Laurence Favalelli, son agent artistique de 2015 à 2018. Elle le raconte dans son livre Laeticia H. : au coeur du clan Hallyday (éditions Michel Lafon).

Dans cet ouvrage témoignage, elle dévoile l'envers du décor des années passées dans la famille Hallyday. De nombreuses anecdotes y sont évoquées, notamment sur celle qu'elle qualifie de "mi-ange, mi-démon". En 2016, après un voyage au Vietnam où Laeticia Hallyday se rend régulièrement depuis l'adoption de ses filles Jade et Joy qui ne connaîtront jamais leurs mères biologiques, la fille d'André Boudou a souhaité promouvoir son association La Bonne Étoile, créée avec son amie Hélène Darroze, pour venir en aide aux enfants orphelins vietnamiens.

⋙ Laeticia Hallyday : son gros caprice lors d'un voyage humanitaire au Vietnam

Pour ce faire, un appel aux dons est lancé auprès de son entourage et également parmi les nombreux fans du rockeur. Mais cette action caritative passe mal auprès de certaines personnes. Comme le révèle Laurence Favalelli, "c'est à ce moment-là que Laeticia commence à recevoir des messages insultants sur Instagram." D'une teneur sans équivoque. "Faites plutôt des trucs en France, qu'est-ce qu'on en a à foutre des niakoués ?" peut-on lire sur le réseau social. Des insultes faciles et

(...) Cliquez ici pour voir la suite