Laeticia Hallyday : ce shooting sexy où elle a retiré sa culotte

Laeticia Hallyday fascine autant qu’elle divise. Meilleure alliée de Johnny Hallyday tout au long de sa carrière, elle est celle grâce à qui le chanteur a trouvé un équilibre familiale. Pourtant, depuis la mort du Taulier, la guerre avec ses beaux-enfants ternie son image. Mais qu’en est-il vraiment ? Est-elle la méchante belle-mère manipulatrice que semblent dépeindre certains ? Ou souhaite-elle simplement respecter les dernières volontés du chanteur ? Alors que la bataille autour de l’héritage de son feu mari est loin d’être finie, un livre sur sa vie s’apprête à sortir en librairie.

Dans Laeticia H. Au cœur du clan Hallyday, son ex-agent, Laurence Favalelli, dresse le portrait de la maman de Jade et Joy à travers des témoignages et anecdotes. Parmi les nombreuses histoires racontées, il y en a une des plus étonnantes : un shooting très sexy pour le magazine Lui, chez les Hallyday à Los Angeles. Alors que le staff propose de lui prêter une culotte, la mère de famille pose nue sans y voir le moindre inconvénient. “Déshabiller Laeticia sur la plage de Malibu nous aurait surtout fait prendre le risque de voir débarquer la police (…) Laeticia est là, devant nous, de l’eau jusqu’aux genoux, sur la deuxième marche de la piscine, cheveux courts, tirés vers l’arrière, effet mouillé. Elle pose”, peut-on dans les pages de l’ouvrages dont l’extrait a été dévoilé par le ELLE.

“L’équipe de David Bellemere (le photographe, ndlr) lui a donné une culotte chair comme ils le font régulièrement dans ce genre de shooting avant de la gommer à la retouche, elle n’a aucun problème avec le fait de l’enlever, ils ne le lui demandent pas”, continue l’auteure. Johnny Hallyday arrive sur la plage. Alors que son épouse pose nue entourée d’hommes, la star préfère faire une remarque sur le photographe alors en train de déplacer les transats : “Ils vont me ranger les transats, j’espère ? – Euh… oui. – Tu as regardé dans quel sens ils étaient ? – Euh… non. – Il faut regarder, il faut qu’ils les remettent

(...) Cliquez ici pour voir la suite