Laeticia Hallyday positive au coronavirus ? Pascal Balland prend la parole

En cette période d’état d’urgence sanitaire, les Français s’inquiètent. Leur propre santé, celle de leurs proches mais aussi… celle des stars ! Alors que le prince Albert II de Monaco est désormais le premier chef d’État du monde à avoir été testé positif au coronavirus, l’Élysée a pris des mesures de sécurité pour protéger Emmanuel et Brigitte Macron. Pourtant, la Première dame a bien failli être contaminée par un ministre. Et le Covid-19 semble se répandre parmi les célébrités. La famille de Bernard Tapie est touchée de plein fouet par le virus, Laura Tenoudji a été testée positive, Amélie Nothomb est en deuil après la mort de son père, Michael Schumacher est un patient à haut risque face au coronavirus, Christophe Dechavanne est inquiet pour sa femme médecin, et la compagne d’Olivier Véran, fiévreuse, a dû être isolée pendant 16 jours… Le monde du show business est au plus mal ! Et dernièrement, les rumeurs de contamination se sont portées sur Laeticia Hallyday.

Laeticia Hallyday défendue par Pascal Balland

“Laeticia Hallyday positive au coronavirus, elle reste confinée chez elle à Los Angeles”, peut-on lire en Une du magazine Oops, en kiosque le vendredi 20 mars 2020. Pourtant, la veuve de Johnny n’est en aucun cas infectée par le Covid-19. Samedi 21 mars, c’est Pascal Balland qui a tenu à mettre les choses au clair. Dans sa story Instagram, il a publié un cliché plutôt provocateur... On aperçoit le magazine people, attaqué par les flammes dans le foyer d’une cheminée. “Oup’s”, a simplement inscrit Pascal Balland en guise de légende. Une image qui en dit long sur ce que lui inspire cette couverture... Laeticia Hallyday a ensuite partagé le post avec ses 458.000 abonnés, dans sa propre story. Si elle n’est pas malade, l’épouse du Taulier est bel et bien cloîtrée dans sa villa californienne avec ses filles Jade et Joy. La star a d’ailleurs fêté son 45e anniversaire le 18 mars dernier, sans son compagnon qui n’a pas pu la rejoindre depuis la décision de Donald Trump

(...) Cliquez ici pour voir la suite