Laeticia Hallyday : pourquoi ses filles Jade et Joy finiront par se tourner vers David et Laura

Laurence Favalelli a été très proche du clan Hallyday. La spécialiste de la communication s'est rapprochée d'eux en 2012 en tant qu’assistante de Sébastien Farran, le manager qui s’occupait de la carrière de Johnny, avant de travailler exclusivement avec la veuve du Taulier à partir de 2015 jusqu’à la fin de leur collaboration en 2018. Six ans pendant lesquels la Corse de 43 ans a tout su et tout vu et qu’elle raconte dans son nouvel ouvrage Laeticia H. Au cœur du clan Hallyday (éd. Michel Lafon). Ce livre paru le 28 novembre, Laurence Favalelli l’a écrit en seulement quelques semaines : "C’est allé vite car j’avais pris pour habitude de noter dans mon téléphone les répliques les plus insensées que j’entendais. J’ai un côté cynique et je verbalise tout", a-t-elle confié au Figaro.

>>> Laeticia Hallyday : ce shooting sexy où elle a retiré sa culotte

Les lecteurs pourront y découvrir l’envers du décor au travers de ces 285 pages dans lesquelles l’agent décrit une Laeticia Hallyday comme une femme "oisive" "mi-ange, mi-démon". Laurence Favalelli y aborde également l’éducation de ses deux filles, Jade et Joy : "Laeticia a une chance folle d’avoir deux filles intelligentes, sociables et polies", estime-t-elle. Mais Laeticia Hallyday serait bien trop dans le contrôle de sa propre image pour donner le bon exemple : " Dans les conditions actuelles, avec une mère qui n’est jamais spontanée, comment vont-elles réussir à se construire normalement ? C’est une question. Elles ont tout entendu, tout vu mais à la maison, rien n’a jamais été débriefé ou reverbalisé", explique-t-elle.

Pour elle, les deux filles que le couple a adoptées au Vietnam se détourneront de leur mère une fois devenues adultes... dans le but d’entendre ce qu’ont à dire Laura et David : "Une fois majeures, elles voudront sûrement se rapprocher de Laura, David et des amis de Johnny Hallyday pour entendre parler de leur père. La version de leur mère ne leur suffira pas".

A lire aussi : "Mais ferme ta g*****" : quand

(...) Cliquez ici pour voir la suite