Publicité

L'amitié au travail, bonne ou mauvaise idée ? Une spécialiste répond

Vos collègues peuvent-ils être vos ami·es ? Que ce soit dans la fiction ou dans la réalité, il est souvent fait mention de l'importance de séparer sa vie personnelle de sa vie professionnelle pour plus d'efficacité (et de détachement), donnant, quelque part, au monde du travail, l'image d'une sorte de jungle dans laquelle l'amitié n'a pas sa place. Pourtant, selon un sondage de la Olivet Nazarene University en Illinois, mené auprès de 3 000 Américains, les sondé·es ont affirmé compter en moyenne cinq ami·es sur leur lieu de travail, dont 29 % considèrent même que, parmi iels, au moins un·e est leur meilleur·e ami·e. Un bénéfice d'après une étude Wildgoose, qui suggère que compter quelques ami·es sur son lieu de travail est bon, aussi bien pour s'intégrer que pour rendre l'ambiance plus agréable, mais aussi pour préserver sa santé mentale.

"La recherche est assez claire sur le fait que les amitiés au travail présentent d'énormes avantages", affirme ainsi Marissa King, professeure de comportement organisationnel à la Yale School of Management, dans une interview accordée à Microsoft et repérée par Quartz. Ainsi, 57 % des personnes interrogées par Wildgoose pensent qu'avoir un bon ami au travail rend leur journée plus agréable. Et pour cause, selon Marissa King, "le fait d'avoir le soutien social et moral de collègues réduit le stress, aide à réduire l'épuisement professionnel, améliore l'efficacité et la productivité".

Parce qu'en devenant vos ami·es, vos collègues deviennent, quelque (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Voici les 2 choses dont on a absolument besoin pour être heureux, selon une étude d'Harvard
Qu’est-ce que “l'heure Shultz” que vous devriez intégrer dans votre planning de travail pour réduire le stress ?
Travail : voici la méthode pour passer une journée plus productive et heureuse au boulot
Une étude nous dit enfin d'où vient le "blues" du dimanche soir
Pour avoir du succès dans votre vie pro et perso, une seule qualité est indispensable selon une étude de Harvard