"L'amour est le pré 2019" : gros désaccords entre Yves et Lucienne qui se disputent en plein week-end

Si Didier et Isabelle ou encore François et Nicole filent le parfait amour, il n'en est pas de même entre Yves et Lucienne. Dans le nouvel épisode de L'amour est dans le pré saison 14 diffusé ce lundi 25 novembre sur M6, les couples du programme sont partis en week-end en amoureux. Yves et Lucienne se sont envolés pour le Maroc, sur la côte méditerranéenne. Une excursion idéale pour savoir s'ils sont sur la même longueur d'onde afin de poursuivre leur idylle. Lors d'un déjeuner sous le soleil marocain, Yves et Lulu ont dû faire une mise au point nécessaire. Face à l'appétit d'ogre de son compagnon, Lucienne n'a pas pu s'empêcher de faire une remarque : "Fallait couper en plus petits morceaux", s'agace-t-elle légèrement face à Yves qui engloutit une grosse bouchée.

⋙ "L’amour est dans le pré 2019" : la grosse bourde d’Yves provoque la colère des téléspectateurs

Cette remarque anodine a engendré une explication plus sérieuse : "Tous les petits soucis dont je t'ai parlés, il y a longtemps que je t'en parle... Il y a un moment où ça enregistre aussi, tu vois ?", déclare Lucienne. "Le fait de couper la parole, ça c'est un gros gros défaut par contre", concède d'abord Yves. Puis il se lance : "Il faut que je te dise quelque chose, j'ai eu des doutes entre nous deux pendant un moment, ça m'a fait peur", lâche Yves. "Moi aussi, moi je t'ai exprimé tout ce que j'avais sur le coeur, renchérit sa prétendante. Je suis venue ici... pas trop rassurée disons..." Yves en est arrivé à se demander si Lulu voulait réellement "vivre avec quelqu'un". La réponse de la concernée reste floue : "Il y a des petites choses qui peuvent freiner la relation oui, à voir si on peut faire des efforts du côté où ça va le moins bien..."

À la fin du séjour marocain, le couple a refait le point. "Je pense que c'est en bonne voie, espérons que ça continue", lance Yves, optimiste. "À l'essai", tempère Lulu. Si Yves n'a pas peur de parler d'"amour", Lucienne, elle, reste sur ses gardes : "Moi je me protège...

(...) Cliquez ici pour voir la suite