Land Rover Defender : le retour du Roi

Apparu en 1948, le Land appartient au patrimoine de l’empire britannique au même titre que les bijoux de la Reine. En voici la nouvelle génération.

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le seul engin léger capable d’évoluer en tout-terrain a pour nom Jeep Willys, une bête de somme importée en Europe par l’armée américaine. Spencer Wilks, directeur de la marque Rover à l’époque, en possède une pour arpenter son domaine d’Islay, une île des Hébrides située au large de l’Ecosse, mais il rêve d’un véhicule moins rustique et plus maniable que son tracteur.

Lire aussi:Victoria Beckham, le Range Rover version sexy

Avec Maurice, son frère, ingénieur, ils vont écrire le premier chapitre du roman d’un 4 x 4 emblématique. Ainsi naquit le Land Rover Series 1. Puis vint le Series 2 en 1958, le 3 en 1971 avant que l’icône des baroudeurs prenne le nom de Defender à partir de 1990. Trois ans après en avoir stoppé la production, le constructeur de Solihull ressuscite le héros de la célèbre série TV « Daktari ».

Dalle numérique, ports USB, démarrage sans clé, ergonomie soignée et volant multifonction.

Dalle numérique, ports USB, démarrage sans clé, ergonomie soignée et volant multifonction. © DR

Commercialisé ce mois-ci, à partir de 49 900 euros, le nouveau venu conserve le style à l’horizontale de ses aïeux avec une calandre caractéristique et un porte-à-faux arrière très court. Le tout repose désormais sur un châssis monocoque. Capable de traverser des gués de 90 centimètres, de supporter, en statique, une masse de 300 kilos sur le toit et(...)


Lire la suite sur Paris Match