Publicité

L'anxiété n'est pas seulement liée à nos émotions, elle peut être créée par notre corps

Les battements de cœur se rapprochent. Les tripes se tordent. La transpiration commence à perler. Un sentiment d’angoisse profond nous envahit. Mais qu’est-ce qui est apparu en premier, le mal-être physique ou l’anxiété ? Si l’on connaît depuis longtemps les symptômes concrets que peut causer l’anxiété sur le corps, il semblerait que ce dernier soit capable, à son tour, de créer un sentiment d’angoisse de toutes pièces. C’est ce que semble démontrer une étude publiée dans la revue Nature et dont le journal Sud-Ouest se fait l’écho. Des chercheur·euses de l’université de Stanford, en Californie, ont découvert qu’augmenter artificiellement la fréquence cardiaque des souris accentuait leur niveau d’anxiété. C’est en utilisant une technique appelée optogénétique – basée sur la lumière pour contrôler l’activité des cellules – que l’équipe de recherche a réussi à influer sur le cœur des rongeurs.

Les chercheur·euses ont alors noté que certaines souris, ainsi soumises à une tachycardie forcée, se sentaient mal à l’aise. Elles allaient même jusqu'à oublier d'activer la manette qui permettait de délivrer des récompenses. Les scientifiques en ont conclu à une augmentation de leur état d’anxiété. Grâce à des analyses neurologiques des animaux, iels ont découvert que l’élévation de leur fréquence cardiaque entraînait une activation plus accrue de la zone de leur cerveau responsable des émotions. Cette partie du cerveau, appelée insula, reçoit en permanence des signaux du cœur. Lorsqu’une anomalie (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Un nouveau test sanguin permettrait de dépister l'anxiété
Voici comment créer votre boîte à outils spéciale santé mentale grâce à l'approche AAA
Qu'est-ce que la "dysmorphie musculaire", ce trouble mental masculin qui altère la perception du corps ?
Vous avez peur d’aller dormir ? Vous êtes peut-être somniphobe
Vous avez du mal à reconnaître les visages ? Vous souffrez peut-être de “prosopagnosie” ou cécité faciale