Lara Fabian : son concert annulé contre sa volonté, elle va saisir la justice

C’est un nouveau coup dur pour les fans de Lara Fabian. Le 18 novembre 2019, la chanteuse avait annoncé, via son compte Instagram, devoir annuler deux prestations en Roumanie. Elle avait expliqué être malade et qu’elle “ne pouvait pas tenir debout”. Elle avait alors assuré que son concert à Bucarest serait reporté au lundi 3 février 2020. Mais pour la seconde fois, les admirateurs roumains de Lara Fabian devront attendre. Au dernier moment, la belgo-canadienne a de nouveau annulé son show prévu le soir-même. Rien à voir avec la maladie cette fois-ci… Sur son compte Facebook, elle explique les raisons qui l’obligent à décevoir ses fans. “Mes amis. J’ai écrit ‘mes amis’ parce que vous représentez une grande partie de ma vie et je vais être sincère avec vous… Comme un ami devrait l’être. Je suis à Bucarest, dans mon hôtel et je suis profondément attristée parce que je dois vous dire que le spectacle de ce soir est annulé en raison de circonstances très malheureuses et totalement indépendantes de ma volonté ou de celle de mon équipe”, révèle-t-elle.

Lara Fabian va engager des poursuites pour défaut de paiement

En effet, la chanteuse de 50 ans a été contrainte de prendre cette décision. “J’ai toujours partagé avec vous mes sentiments, et je dois vous offrir transparence et vérité, en toute objectivité”, poursuit-elle. Des mots qui ont de quoi inquiéter… Lara Fabian exprime alors sa “colère” et sa “rancoeur”, car pour la quatrième fois d’affilée, le manager de sa tournée internationale est en défaut de paiement. Cette personne est en effet supposée la rémunérer pour ses performances. “Je ne peux pas accepter de rester aveugle face à de tels abus, ni continuer à me produire sur scène, alors que je dois évidemment régler mon équipe et tous les frais de gestion, sans être moi-même payée pour couvrir tout cela. Cette situation est tout simplement horrible”, indique-t-elle, profondément exaspérée. Cette situation lui a causé “une énorme peine” ainsi qu’un grand stress durant les

(...) Cliquez ici pour voir la suite