Larusso humiliée et en colère contre les équipes de "Sept à Huit" : "Je suis en furie !"

C'est un reportage qui décidément fait parler de lui depuis sa diffusion ! Le magazine d'informations Sept à Huit diffusait dimanche 17 novembre un sujet consacré à la tournée Born in 90. Ce spectacle permet de revivre les plus grands tubes des années 90. A l'affiche, d'anciennes gloires de cette décennie comme Worlds Apart, Princess Erika, Zouk Machine, Larusso ou encore Lââm. C'est cette dernière qui a choisi de dégainer la première sur son compte Twitter après la diffusion de l'émission présentée par Harry Roselmack. Mécontente du montage qui a été réalisé, l'interprète du titre Petite soeur le fait savoir avec une certaine virulence. "Quand Sept à huit sur TF1 te coupe au montage ta sublime coiffure sans prévenir le salon de coiffure qui a ouvert pour nous et me foutre la honte. Ça c’est fait… Il n’y a plus de respect", déplore-t-elle.

⋙ Ophélie Winter : Henry-Jean Servat raconte pourquoi il veut absolument lui venir en aide

Mais la chanteuse aux tenues excentriques n'est pas la seule à être sortie de ses gonds. Larusso, rendue célèbre par son tube Tu m'oublieras, sorti en 1999, a décidé elle aussi de régler ses comptes avec les journalistes de TF1. La cousine d'Arthur a reproché au magazine de l’avoir humiliée, en mettant elle aussi le montage en cause. Elle se serait sentie moquée, tout comme son public. "Je suis en furie. Je suis choquée de ce que je viens de voir. C'est un tissu de mensonges. Nous faire passer pour des nazes, on se moque de vous, des gens qui viennent, qui nous suivent depuis vingt ans. Est-ce que c'est normal ?", s’est-elle insurgée dans une longue vidéo postée sur sa page Facebook. Elle trouve également que sa carrière a été méprisée et résumée de façon sommaire. "Amoindrir ce que j'ai fait. C'est-à-dire 'la fille a fait un truc il y a 20 ans et depuis elle n'a rien fait derrière'. De base, tu ne fais pas bien ton travail, tu ne te renseignes pas sur moi, tu n'as pas les bons chiffres. Ça me déplait", clame-t-elle.

A lire aussi : Ophélie Winter

(...) Cliquez ici pour voir la suite