L'assassinat de Luz Raquel Padilla, brûlée vive, indigne les féministes mexicaines

Elle s'appelait Luz Raquel Padilla et avait 35 ans. La jeune Mexicaine a été assassinée - agressée par des inconnus (trois hommes et une femme selon les autorités), puis brûlée vive. Les faits se seraient déroulés dans un parc de la municipalité de Zapopan, au Mexique. 90% du corps de Luz Raquel Padilla faisait état de brûlures graves. Luz Raquel Padilla était mère d'un enfant atteint d'autisme sévère.

Après avoir été arrosée d'alcool et incendiée, la victime a été transportée dans un hôpital local, où elle est décédée de ses blessures. Le 21 juillet dernier, une marche s'organisait afin de protester contre l'impunité de ses agresseurs et dire "stop" aux féminicides. Elle réunissait des dizaines de femmes et prenait place devant le commissariat de Zapopan, comme le relate la RTBF. Parmi les écriteaux brandis l'on pouvait lire : "Justice pour Luz".

Une affaire qui remue le pays

C'est un affaire qui secoue le pays, où les féminicides sont un véritable fléau : dix femmes en moyenne sont assassinées chaque jour au Mexique. Dans le cadre du meurtre de Luz Raquel Padilla, un suspect a déjà été arrêté par les autorités. Il s'agit du voisin de la victime, qui l'aurait menacée par le passé, et aurait même fait l'objet d'une ordonnance d'éloignement.

Cette dernière, rapporte le site d'informations de CNN, faisait notamment l'objet de menaces sur les réseaux sociaux. Mais pas seulement. Sur les murs de son immeuble, on aurait également retrouvé des...

Lire la suite


À lire aussi

Les Mexicaines révoltées après l'assassinat de l'artiste féministe Isabel Cabanillas
16 personnes condamnées à mort pour le meurtre d'une étudiante brûlée vive au Bangladesh
"Chavela Vargas", portrait poignant d'une icône féministe de la musique mexicaine

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles