Laurence Boccolini dévoile un rare cliché de ses parents

·2 min de lecture

Séquence émotion pour Laurence Boccolini. La présentatrice, que les téléspectateurs connaissent pour avoir animé de célèbres jeux télévisés comme Le Maillon Faible ou encore Money Drop sur TF1, est, d'ordinaire, très discrète sur sa vie privée. Mais elle a récemment fait une petite entorse à la règle ! Dimanche 1er novembre 2020, Laurence Boccolini, qui a fêté ses 57 ans le 8 mai dernier, a profité de la Toussaint pour commémorer les morts, à travers une photo intime.

C'est sur compte Instagram, qui est suivi par plus de 162 000 personnes, que l'animatrice d'origine italienne, a honoré la mémoire d'un couple très cher à ses yeux et qui hante sa mémoire depuis leur disparition : ses parents. La maman de Willow, âgée de 6 ans, a partagé une photo en noir et blanc sur laquelle on peut voir de jeunes mariés, entourés de leurs invités. En légende, Laurence Boccolini détaille, apparemment émue : "Il n’y a pas qu’aujourd’hui que je pense à vous... (...)Vous étiez jeunes et beaux. Papa et maman en ce jour de septembre 1950... Quel joli couple. Vous me manquez aujourd’hui, demain, toujours... Vous avoir perdu il y a presque 20 ans, tous les deux. En l’espace de 3 ans."

Laurence Boccolini, qui a remporté la première édition du télé-crochet Mask Singer, en 2019, a également profité de son post pour faire passer un message important à ses fans. Celle qui anime Mot de Passe sur France 2 depuis la rentrée 2020 n'oublie pas d'avoir de tendres mots pour ceux et celles qui, comme elle, ont perdu un être cher et irremplaçable. "Une pensée pour ceux qui sont comme moi en manque de cet amour. Une pensée pour vous qui avez encore la chance de pouvoir les serrer dans vos bras." L'animatrice a conclu avec des mots forts, qui font certainement écho à la période trouble que le monde entier traverse : "Aujourd’hui, seul l’amour est important."

>>> Découvrez la photo de Laurence Boccolini ici.

À lire aussi : Louane sur la mort de ses parents : "je n'ai jamais voulu faire pleurer dans les (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite