Laurence Boccolini victime d’un grave accident de la route : elle raconte

C’est un accident qui a changé sa vie. À l’occasion de la fin du tournage d’un épisode de Mongeville, série de France 3 dans laquelle Laurence Boccolini joue la commandante d’une caserne de pompiers, Télé Loisirs s’est entretenu avec l’animatrice. La maman de Willow, âgée de 56 ans, raconte notamment comment un pompier lui a sauvé la vie après un dramatique accident de la route qui a eu lieu lorsqu’elle était plus jeune. “Quand j’ai su que j’allais interpréter un pompier, j’étais aux anges”, avoue la comédienne à nos confrères. “J’ai beaucoup d’admiration pour ces gens-là. Il faut sûrement avoir été sauvée par un pompier pour savoir ce que c’est. À 27 ans, j’ai eu un grave accident de la route et il a fallu me désincarcérer de ma voiture. Pendant qu’on enlevait le toit, un pompier est resté à côté de moi, en me tenant la main et en me parlant. Et ce, jusqu’à l’hôpital. Le quotidien des pompiers ne se résume pas qu’au feu. Il y a la solitude, la tristesse, les gens qui meurent seuls chez eux, le suicide…”

⋙ Photo - Laurence Boccolini prête à se lancer dans une nouvelle carrière ? Elle dévoile son talent caché

Laurence Boccolini a par ailleurs accepté de revenir en détails sur ce tragique accident de la route. “J’étais sur l’autoroute et ma ceinture de sécurité, qui était mal enclenchée, s’est détachée”, raconte-t-elle. “En baissant les yeux pour regarder, je n’ai pas vu la voiture devant moi qui pilait à cause d’un accident. Ma voiture est passée par dessous, ses passagers ont été soulevés et n’ont rien eu. En revanche, moi, ma tête est passée entièrement à travers le pare-brise puis est ressortie, et le volant m'a sectionné la peau sous la bouche. J'en garde la cicatrice. Je suis restée sonnée, je ne savais pas ce qui m’arrivait. Ma voiture ressemblait à un Lego, elle fumait.” Et de conclure, réaffirmant sa vénération pour ceux qui l’ont aidée ce jour-là : “Les pompiers sont arrivés très vite et je le redis : j’ai beaucoup d’admiration pour ces gens-là.”

À lire aussi :

(...) Cliquez ici pour voir la suite