Laurence Boccolini : vivement critiquée par une internaute au sujet de son mari, elle riposte et s’explique

Laurence Boccolini est habituée aux critiques. Depuis ses débuts à la télévision, elle est régulièrement la cible de mots blessants sur les réseaux sociaux, dans la rue et parfois même directement à son domicile. En mars 2019, l’animatrice avait répondu à une lettre reçue chez elle, qui l’accusait de se plaindre constamment de sa maladie, la polyarthrite rhumatoïde. En 2017, elle avait même supprimé son compte Twitter après avoir été lynchée par les internautes pour ses commentaires sur Cyril Hanouna. La maman de Willow a même raconté avoir subi des insultes et violences physiques dans la rue. Aujourd’hui, Laurence Boccolini fait face aux critiques avec une répartie admirable. Samedi 4 janvier 2020, la gagnante de la première saison de Mask Singer a de nouveau été confrontée aux reproches sur son compte Instagram. L’ex-animatrice du Maillon faible a partagé un cliché avec ses 120.000 abonnés, sur lequel elle pose avec “un ami de 20 ans” rencontré au Bon Marché de Paris.

⋙ Laurence Boccolini se confie après sa victoire dans "Mask Singer" : "Ma maladie a changé beaucoup de choses"

Une internaute a semble-t-il saisi l’occasion pour interroger, de façon assez crue, la star sur son idée de la vie privée. “Vous avez publié les photos de votre mariage. Et ensuite, vous revendiquez le respect de votre vie privée. Où est la logique ? Dans votre compte Instagram, vous montrez votre chat, votre baguette de pain, vous parlez de votre fille [Willow, 6 ans, ndlr.], vous évoquez vos problèmes de santé, mais bizarrement, vous ne mentionnez jamais votre mari [Mickaël Fakaïlo, ndlr.]. Où est-il ?”, a-t-elle écrit dans les commentaires de la publication. Une attaque que Laurence Boccolini n’a pas laissé passer. “Ça s’appelle la liberté d’expression… voire la démocratie”, a-t-elle commencé. Elle s’est ensuite attelée à répondre à chacune des allusions de son interlocuteur : “Je parle de ma baguette de pain et de mes chats et de MA maladie. Avez-vous déjà vu des photos de ma fille dans les

(...) Cliquez ici pour voir la suite