Laurent Lecamp, le nouveau patron des montres Montblanc

·2 min de lecture

Après une courte expérience dans les vins & spiritueux, Laurent Lecamp ne quittera plus jamais le monde horloger. Passant de postes de décideur à la création d’une marque de niche, il s’impose aujourd’hui comme un homme de terrain, mais aussi comme un créatif.

Laurent Lecamp est français d’origine niçoise, mais il vit en Suisse depuis près de 20 ans. La belle quarantaine, sportif, il fait désormais partie des hommes « remarquables » du sérail horloger. S’il a notamment créé la marque de montres Cyrus ou pris la présidence de Bucherer au Japon, il met à présent tout son talent et son expérience au service de sa nouvelle maison, Montblanc.

Lors d’une première rencontre, il nous a raconté une histoire. Celle de ce vieil homme qui préfère déplacer une montagne au lieu de la gravir. Ce qu’il arrivera à faire avec l’aide des dragons de son roi. La morale ? On ne peut pas commencer quelque chose en pensant que c’est impossible. De quoi mettre en majesté les moteurs de ce décideur enthousiaste : la croyance et la confiance.

"

Il ne faut jamais oublier de faire du neuf avec du neuf car ce sont ces créations qui feront le vintage de demain

"

Ensuite, il a à cœur de nous présenter la collection horlogère Montblanc son nouveau bébé. « C’est une collection complète avec ses différentes catégories. Notre offre va de la montre entrée de gamme à l’extraordinaire garde-temps, en passant par des modèles riches de la tradition horlogère tout en restant assez raisonnables. Le fait de disposer de notre propre manufacture est une vraie richesse. Cela nous permet par exemple de proposer des finitions haut de gamme sur des mouvements destinés à des montres « milieu » de gamme. En fait, nous sommes capables d’interactivités entre chacune de nos collections ». Message bien reçu mais il est vrai que les montres Montblanc sont réellement marquées par une inspiration vintage dans laquelle Laurent Lecamp ne se retrouve pas à 100%.

« Le vintage qui nous renvoie aux modèles anciens séduit un grand nombre(...)


Lire la suite sur Paris Match