Laurentides, Outaouais, Montréal : nos meilleures adresses dans le Sud du Québec

© DR

Les Laurentides, sauvages et rustiques

Les Hautes Laurentides sont un paradis pour amateurs de pêche, chasse et grands espaces. Nicolas Morin les reçoit depuis 20 ans à la pourvoirie Cecaurel, à 2h30 de Montréal (ou 45 min d’hydravion, le taxi local), sur une presqu’île du parc Kiamika. Chez lui on dort au bord en chalet ou à la belle étoile, avec au programme rando, canot, pêche à la mouche, ski, raquettes… selon les saisons et les animaux. Ici l’essentiel est à l’extérieur, à découvrir entre îles, plages et forêts.

D’ailleurs comment observer le loup ? Que faire si on tombe sur un ours ? Carl Blondin, trappeur et conférencier partage son savoir avec passion, humour et sensibilité (si, c’est possible). Après une excursion guidée, on goûte sa truite fumée et son ragoût d’orignal fondant : un met rare, puisque la viande sauvage est interdite à la vente. Mais pas la fourrure. Loup, renard, hermine… Carl est aussi taxidermiste, il naturalise un ours debout en 40h et vous l’expédie à domicile. www.cblonletrappeur.com

À Saint-Hippolyte, près du lac Morency, les fourrures sont plutôt remuantes lorsqu’on embarque avec Aventures plein air rejoindre Mario et ses chiens dans la montagne. Ancien pilote de brousse, Mario vit dans les bois à l’année avec éolienne, panneaux solaires et sa meute de 127 huskys, toujours prêts à partir en traîneau ou canicross. Sensations garanties. Et quand la meute se met à hurler à l’unisson, ce sont vos poils qui se dressent...


Lire la suite sur ParisMatch